La France interdite de Laurent Obertone, chez Ring éditions
Actualités

Affaire Clément Meric: retour sur le feuilleton de la rentrée

inscription newsletter adoxa info
rassemblement-clement-meric-condamnation-politique

Quels ingrédients sont-ils nécessaires à la trame d’un feuilleton ayant pour thème une bagarre qui a mal tourné ? Il en faut peu. Il suffit d’un zeste de mauvaise foi et d’une pincée d’expressions connotées telles « dangereux skinheads ».

Il en est ainsi de l’affaire Clément Méric. Rappelons évidemment que la mort d’un jeune homme de dix-huit ans, quelles qu’en soient les raisons, est dramatique. Il est cependant malhonnête d’exploiter ce genre de faits divers malheureux pour servir une cause et en salir une autre ; cela relève de la supercherie.

Et dans l’affaire Clément Méric, nous ne sommes pas loin de percevoir les tentatives de récupération politique et la tambouille idéologique à laquelle se livrent les uns et les autres. Qui se souvient des propos mensongers et caricaturaux de certains journalistes au sujet de ce fait divers ? Qui se souvient de la minute de silence imposée par Claude Bartolone à l’Assemblée nationale ? Et des paroles, suivies d’actes, de Manuel Valls et de Christiane Taubira, qui mèneront à la dissolution des Jeunesses Nationalistes révolutionnaires, de Troisième Voie, de l’Œuvre française et des Jeunesses nationalistes ?

Or, l’issue du procès lié au décès de Clément Méric est venu achevé ces années de propagande. Cinq ans ont passé et les premières auditions de témoins mettent à mal l’image policée qui avait été faite du jeune homme qui a perdu la vie. En outre, les déclarations des experts battent en brèche l’utilisation d’un poing américain par le jeune Esteban Morillo, poursuivi pour avoir porté un coup mortel au militant d’extrême gauche.

Où sont donc passés les brutes assoiffées de haine et de sang dont on nous a rebattu les oreilles ?! Il ressort de tout le battage médiatique autour de cette affaire qu’en réalité, nombre de jeunes gens auraient pu se trouver à la place de Clément Méric ou à celle d’Esteban Morillo, dans une rixe qui aurait mal tourné.

L’énoncé du verdict nous a permis de mesurer le poids des médias et des politiques sur la justice et l’indépendance de celle-ci. L’issue du procès a été très instructive: 11 ans de prison ferme au terme d’un procès à charge. Du jamais vu dans ce type d’affaire.

C’est une condamnation politique.

@_olbag

Politique, Écologie, Collapsologie, Identité, Islam, Société

Directeur de la publication d’Adoxa ● Libéral-conservatisme | Identité | Résilience territoriale. 

                                                                      

                                                                                 Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Adoxa est un nouveau média d’information généraliste. Pour vous proposer un contenu de qualité et régulièrement mis à jour, vos dons nous sont essentiels. Si notre ligne éditoriale et nos publications vous plaisent, n’hésitez pas à nous soutenir!

Soutenir aDOxa infos

La France interdite de Laurent Obertone, chez Ring éditions

Poster un Commentaire

avatar
500
  S’abonner  
Notifier de
Anonyme
Invité
Anonyme

beau talent de rédaction. Bravo Ol.