La France interdite de Laurent Obertone, chez Ring éditions
Société

Beltrame, la tombe d’un héros, toujours fleurie !

Certains élèves et collégiens ont fait leur rentrée aujourd’hui dans des établissements scolaires baptisés Arnaud Beltrame. L’occasion de se souvenir du sacrifice du colonel de gendarmerie, qui a donné sa vie pour sauver celle d’une femme menacée par un djihadiste. Car il n’a pas été oublié : sa tombe fleurie témoigne de la ferveur qu’il a soulevée parmi les Français. Témoignage.
Pour l’école élémentaire de Lavaur, dans le Tarn, ou le collège de Pégomas, dans les Alpes-Maritimes, c’est une rentrée un peu particulière. Ces deux établissements ont en effet été rebaptisés Arnaud Beltrame. Une voie que suivra d’ailleurs Ferrals-les-Corbières, dans l’Aude pour son école communale. Logique, puisque c’est là que le colonel de gendarmerie, qui a donné sa vie pour sauver celle d’une femme menacée de mort par un terroriste islamiste, est inhumé.
Et sa tombe est toujours fleurie. 
Énormément de visiteurs viennent s’y recueillir tous les jours. Des gens du coin, des anonymes de passages ou venus exprès pour rendre hommage à ce héros, pour expliquer à leurs enfants qu’il y a des gens qui peuvent faire des choses magnifiques. Les gendarmes font deux rondes par jour pour surveiller sa tombe, afin qu’elle ne soit pas dégradée et pour se recueillir, penser un instant à l’exemple de leur camarade.

Tombé sous les coups d’un djihadiste, le colonel Beltrame a redonné aux Français l’espace d’un moment le vrai sens du mot martyr : celui qui donne son existence pour autrui, pour une cause plus grande que lui, pour la France, pour la vie. Face à Redoine Lagdim, fiché S, trafiquant de drogue et terroriste qui se voulait « martyr » en tuant des « mécréants », archétype parfait de notre ennemi de l’intérieur, le colonel Beltrame symbolise ce en quoi je crois : le sens de l’honneur, le dévouement, le patriotisme.
Sa tombe est à l’image de l’homme : elle est toute simple, pas de stèle en marbre, pas de monument pompeux. Un peu de gravier, une petite croix de bois, qui aurait pu être fabriquée par un camarade pour orner la dernière demeure d’un soldat tombé au front. Mais elle est parée de nombreuses plaques laissées en hommage par des camarades ou des anonymes.
Et elle est toujours fleurie.
Arnaud Beltrame voulait être enterré à Ferrals les Corbières, là où il avait acheté une maison pour s’installer, depuis août 2017, avec sa compagne qui travaillait à Narbonne. C’était un homme simple, gentil et agréable, qui avait toujours le sourire. Les gens du coin l’appréciaient, les habitants, les commerçants, comme la coiffeuse, qui le connaissait bien, car elle lui coupait régulièrement les cheveux.
Arnaud Beltrame préférait s’occuper des grands délits plutôt que de verbaliser pour des petites infractions. Pour un oubli de ceinture de sécurité, un simple rappel à l’ordre lui suffisait souvent. Il aimait son métier, son engagement pour la patrie. Et c’est au nom de cet idéal qu’il s’est substitué à la caissière du Super U de Trèbes, pour lui sauver la vie, pour aider ses camarades à préparer leur assaut, en laissant son portable ouvert.
Et c’est pourquoi sa tombe est toujours fleurie
Je me recueille souvent sur sa sépulture. Je suis un ancien légionnaire et la défense de ma patrie de cœur, c’est ma vie. Legio Patria Nostra, oui, mais à travers la Légion, c’est la France que nous avons appris à aimer, nous qui sommes Français non par le sang reçu, mais par le sang versé. Il est mort en héros et j’aurais fait comme lui si j’avais été à sa place. Le terrorisme n’a pas sa place dans notre pays. La France est ma patrie, mon cœur, et je la défendrai jusqu’à mon dernier souffle. 
Franck Jijite

Politique, Écologie, Collapsologie, Identité, Islam, Société

Directeur de la publication d’Adoxa ● Libéral-conservatisme | Identité | Résilience territoriale. 

                                                                      

                                                                                 Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Adoxa est un nouveau média d’information généraliste. Pour vous proposer un contenu de qualité et régulièrement mis à jour, vos dons nous sont essentiels. Si notre ligne éditoriale et nos publications vous plaisent, n’hésitez pas à nous soutenir!

Soutenir aDOxa infos

La France interdite de Laurent Obertone, chez Ring éditions

Poster un Commentaire

avatar
500
  S’abonner  
Notifier de
Anonyme
Invité
Anonyme

n'oublions pas qu'il était franc-maçon, qu'une cérémonie de loge s'est faite à sa mémoire et par expérience je peux vous assurer que sa tombe sera fleurie éternellement car les fm se soutiennent, s'entraident et sont soudés; il y des tombés fm des années 1800 qui existent toujours dans certains endroits de France pourquoi d’après vous ?