Le tribunal correctionnel de La Roche-sur-Yon a relaxé lundi douze étudiants accusés d’injures homophobes mais les a condamnés pour entrave à la liberté de réunion après la dégradation d’un stand LGBT en mai durant la journée de lutte contre l’homophobie