A la Une

COUP DE GUEULE : Libération, où l’art de salir (subtilement) ADOXA

Rédacteur bénévole pour Adoxa et utilisateur de réseaux sociaux, je tombe par hasard sur un twittos (usager de Twitter) qui, suite à un désaccord concernant Alain Finkielkraut, me sort que je suis rédacteur pour un « journal d’extrême droite » qui « coloporte des fake news« .

Étonné par cette accusation, je demande un exemple et il m’envoie comme lien un article check news venant du journal libération à propos de ce que Adoxa a écrit par rapport à la décision de la France de partager son siège au conseil de l’ONU. J’ai donc vérifier ce que disait Adoxa et Libération. j’avoue être passablement sorti de mes gonds.

Je vais vous expliquer pourquoi en vous décryptant avec vous ce fameux article check news :

  1. l’étiquette épouvantail « extrême droite ».

L’article commence par mentionner Gregory Roose en le décrivant brièvement comme militant d’extrême droite.

Lorsque vous voulez disqualifier le discours d’autrui, c’est très facile : étiquetez-le « extrême droite ».

Gregory Roose n’a non seulement plus aucune responsabilité au RN mais cette qualification « d’extrême droite » n’a jamais été mise en question pour ce qui le concerne. De plus, dans les débats (plateaux télé, réseaux sociaux…), ce mot sert clairement d’épouvantail, de repoussoir pour disqualifier d’entrée l’adversaire. Et je pense que le journal Libération le sait très bien.

De plus, comme Gregory Roose est responsable du média Adoxa, comment peut-on ignorer que psychologiquement, qualifier son auteur d’extrême droite, va rebondir péjorativement sur le média ?

Par un effet d’association psychologique courant chez l’humain, c’est tout le média qui peut se retrouver « contaminé » par cette étiquette indésirable, ainsi que ses rédacteurs.

Mais il y a pire.

2) la désinformation

L’article paru dans Libération retrace une partie de l’article Adoxa écrivant ceci :

 » Il est fort probable que progressivement, l’Allemagne prenne la place de la France dans toutes les décisions importantes. »

Et l’article de Libération dit que « Grégory Roose suppose que cette coprésidence va faire en sorte que l’Allemagne remplace peu à peu la France sur les décisions importantes. Il n’apporte pas d’arguments dans ce sens. »

Donc, selon l’article de Libération, la rédaction de Adoxa n’aurait pas émis d’argument justifiant son propos : ce qui est FAUX.

Le journaliste Jacques Pezet, auteur de l’article sur Adoxa, a JUSTE omis de mentionner une toute dernière petite phrase sur l’article Adoxa, qui ne se conclut pas par un point mais par une virgule où il est écrit :

« comme le souhaite ouvertement Angela Merkel. »

Et Le nom Angela Merkel renvoi à un lien vers un article paru dans Le Point qui justifie la probabilité émise dans l’article Adoxa, à savoir que l’Allemagne POURRAIT prendre les décisions importantes. Donc non seulement Adoxa avait un argument mais il est étayé par une source extérieure.

Un article similaire est paru dans Ouest-France (1).

Plus précisément, c’est Olaf Scholz, vice-chancelier allemand qui a mis le sujet sur la table. Mais « Angela Merkel aussi a fait savoir au mois de juin qu’elle est très favorable à une européanisation des sièges non permanents au Conseil de sécurité de l’ONU de façon que les pays qui en ont un puissent parler au nom de tous les autres. »

Conclusion

Non seulement l’article de Libération renvoit une image négative de Adoxa en utilisant cette étiquette galvaudée et rabâchée par le pseudo « camp du bien » qu’est l’extrême-droite (qui semble encore pire psychologiquement que le nom de Voldemort dans Harry Potter). Mais en plus, il a tronqué une partie de l’article Adoxa comportant un argument et a osé écrire qu’il n’en avait pas.

Adoxa est un média ouvert, factuel et parfois critique où des personnes comme moi rédigeons des articles bénévolement pour faire partager nos informations, nos analyses et argumentaires. Il est donc hors de question de se laisser salir par des « bienpensants » ou autre, se permettant de juger qui est le mal/qui est le bien (que ce soit fait exprès ou pas, cette étiquette facile « extrême droite », qui pourrit les débats d’idée doit tomber, elle a causé assez de tort comme ça).

Il est aussi hors de question de laisser dire que nous n’aurions pas d’argument quand nous en avons !

Dernière chose :

Si vous voulez forger votre propre avis sur un média, d’abord lisez ses articles, mais surtout, au lieu de vous en tenir au Decodex du journal LeMonde (puisque le Decodex est affilié à un journal, on peut remettre en cause son objectivité), suivez les recommandations du Decodex, à savoir diversifier vos sources d’informations et si possible, remonter à la source.

(1) https://www.ouest-france.fr/monde/organismes-internationaux/onu/onu-l-allemagne-propose-que-la-france-cede-son-siege-permanent-l-union-europeenne-6096948

Poster un Commentaire

avatar
500
  S’abonner  
Notifier de