Soutenir aDOxa
Ecologie

Cratère de la « fin du Monde » en Sibérie: des scientifiques percent son secret

Les scientifiques russes concluent que le mystérieux cratère formé en 2014 dans la péninsule éloignée de Yamal, au nord de la Sibérie, est finalement le résultat d’une activité inhabituelle de cryovolcanisme sur Terre. 

Le cryovolcanisme, en règle générale, est observé sur d’autres planètes et satellites. Un cryovolcan est un volcan de glace et d’eau, mais sa structure de base est pratiquement identique aux roches volcaniques de la Terre. Dans des conditions de températures extrêmement basses, le cryovolcan ne libère pas de roches fondues, mais de l’eau et d’autres composés chimiques, tels que l’ammoniac et le méthane, à l’état liquide et gazeux. Selon une étude publiée aujourd’hui dans Scientific Reports, le cratère Yamal semble être le résultat de l’effondrement d’un grand pingo (une petite colline typique des régions polaires) qui s’est formé à l’intérieur d’un lac qui s’est ensuite asséché.

Cela a permis de geler un gros talik, c’est-à-dire une couche ou un corps de sol non gelé dans une zone de pergélisol. Le pingo s’est effondré sous la pression hydrostatique cryogénique accumulée dans le système fermé de talik gelé. Cela s’est produit avant la fin de la congélation, lorsqu’un noyau de sol humide restait non gelé et stockait une grande quantité de dioxyde de carbone dissous dans l’eau interstitielle. Cela a finalement atteint la saturation de la phase gazeuse et la surpression résultante a dépassé la contrainte de confinement de la lithosphère et la force de la glace superposée.

Les scientifiques concluent que lorsque le pingo a explosé, la démarcation du cratère a suivi la forme cylindrique du noyau de talik restant, dirigé par Sergey N. Buldovicz de l’Université Lomonosov de Moscou. Le cratère « fin du monde »,  comme on l’appelait, a été découvert en 2014 sur la péninsule de Yamal ; cependant, son origine était inconnue. Plusieurs théories à cet égard comprenaient la chute d’une météorite ou la fonte du pergélisol (une couche de sol gelée en permanence, mais non recouverte de manière permanente de glace ou de neige) causée par le réchauffement de la planète.

Le cratère s’est rapidement rempli d’eau et à l’automne 2016, il est devenu un lac, avec une profondeur maximale de seulement 52 mètres et environ 25 mètres de diamètre.

Rédac chef d’aDOXA ● Libéral-conservatisme | Identité | Résilience territoriale

Poster un Commentaire

avatar
500
  S’abonner  
Notifier de