La France interdite de Laurent Obertone, chez Ring éditions
Actualités

Du bitume au milieu des vignes : la colère monte dans les Corbières

usine-bitume-station-enrobes-chaud-corbieres-vignoble-manifestation-collectif-3

Un projet d’usine à bitume provoque la colère d’élus et d’habitants de cette région viticole protégée. Un collectif mène la contestation.

Entre Carcassonne et Narbonne, le vaste territoire des Corbières accueille des vignobles AOC dont celui des Corbières-Boutenac.

Cependant, malgré leur protection, ils sont en danger de disparition en raison de l’installation d’une usine d’enrobage à chaud que la société Colas veut implanter sur 5 hectares, au beau milieu des vignes.

Cette usine à bitume, pour ses besoins de refroidissement, aurait recours à l’eau pompée dans les nappes phréatiques et dégagerait poussière et odeurs, sans compter les nuisances dues aux allées et venues incessantes des camions circulant sur le site.

Les impacts prévisibles par l’installation de cette usine sont donc nombreux : pollution sonore, visuelle, olfactive, impacts sur l’économie locale qui repose notamment sur l’œnotourisme, sur la faune, la flore, la qualité de l’air et de l’eau… et surtout des vignes, dont la survie serait remise en question.

À l’annonce de la nouvelle, élus et habitants se sont constitués en collectif. Pétition, site Internet et page Facebook, recours auprès des autorités locales et nationales, sensibilisation de la population et des médias locaux ont donné lieu à une première manifestation, le jeudi 23 août 2018, sur la parcelle destinée à recevoir la future usine. Des centaines de vignerons et d’habitants des Corbières y étaient attendus.

Une manifestation réussie

usine-bitume-station-enrobes-chaud-corbieres-vignoble-manifestation-collectif-3

À partir de 11 h 30, s’étaient rassemblés des habitants en colère, des élus municipaux, avec plusieurs dizaines de tracteurs de vignerons sur le site devant recevoir le projet controversé d’usine.

Peu avant cette manifestation, une délégation d’opposition était reçue par le sous-préfet.

Plusieurs centaines de personnes ont assisté aux discours du maire de Ferrals-les-Corbières, de la présidente de la filière viticole AOC et IGP Corbières et du président du collectif contre l’usine à bitume.

Le projet d’usine prévoit que 500 000 tonnes de bitume par an sortiront du site, ce qui engendrera un va-et-vient permanent de 10 000 camions qui circuleront près du village chaque année. Selon certains opposants au projet, des produits cancérigènes sont utilisés pour la fabrication de l’enrobé.

Déterminé, le collectif ne s’arrêtera que lorsque le projet de cette centrale à bitume sera abandonné. Il a déjà prévu d’autres actions qui seront organisées dans les prochaines semaines.

Pour signer la pétition mise en ligne par le collectif :
https://nonusinebitume.frama.site/

Franck Jijite

Politique, Écologie, Collapsologie, Identité, Islam, Société

Directeur de la publication d’Adoxa ● Libéral-conservatisme | Identité | Résilience territoriale. 

                                                                      

                                                                                 Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Adoxa est un nouveau média d’information généraliste. Pour vous proposer un contenu de qualité et régulièrement mis à jour, vos dons nous sont essentiels. Si notre ligne éditoriale et nos publications vous plaisent, n’hésitez pas à nous soutenir!

Soutenir aDOxa infos

La France interdite de Laurent Obertone, chez Ring éditions

Poster un Commentaire

avatar
500
  S’abonner  
Notifier de