La France interdite de Laurent Obertone, chez Ring éditions
Société

FEMINISME: l’homme n’est pas mon ennemi

feminisme-metoo-l-homme-n-est-pas-mon-ennemi-aletheia-info
Depuis peu, certains militants cherchent à nous liguer l’un contre l’autre, l’homme contre la femme. La mode est à la bien-pensance, actuellement le mâle est le mal, difficile pour lui de trouver sa place en 2018. Redonnons-lui sa chance. 
Je fais bien attention à ne pas faire le moindre amalgame. Je ne veux pas que l’on fasse le moindre amalgame : je ne défends nullement les agresseurs, les violeurs, les frotteurs du métro, les remarques sexistes et vulgaires, la liste est très longue. Je souhaite juste parler des relations simples, quotidiennes entre l’homme et la femme.

Comment, de nos jours, l’homme va-t-il trouver sa place ?

S’il vient m’aborder, vais-je l’accuser de harcèlement sexuel ? S’il me fait un compliment, vais-je le prendre comme le fait d’être insistant ? S’il m’invite à dîner, vais-je le prendre comme une tentative d’agression à mon égard ?
L’homme de 2018 ne sait même plus comment nous aborder, ce qu’il a le droit ou non de dire, de faire et comment il va être perçu par les nouvelles féministes que certaines veulent nous obliger à être.
Je revendique le droit à ce qu’un homme vienne me parler, vienne me faire un compliment, vienne m’inviter à boire un verre, vienne me demander si je veux lui donner mon numéro de téléphone, cela fait-il de moi une fille facile ?

Est-ce-que cela fait de l’homme un harceleur sexuel ?

À mes yeux, la galanterie n’est pas une agression machiste, un homme qui me tient la porte pour me laisser passer ne me donne pas envie de lui crier du «macho», non, ça me donne juste envie de lui dire merci, merci de me respecter ainsi et de faire que je me sente bien. 
Tout comme je revendique l’obligation de ne pas venir m’importuner, ne pas avoir de gestes ou de paroles déplacés, ne pas me coller et se frotter à moi dans le métro, ne pas me siffler comme un vulgaire bout de viande. Je revendique par-dessus tout le fait qu’un homme comprenne que quand je dis non, c’est non, pas la moindre discussion possible et que je n’appartiens qu’à moi, que je ne suis pas une pièce de choix chez le boucher.
Catherine Deneuve et 100 autres femmes ont signé dans Le Monde le 9 janvier 2018 une tribune devenue rapidement polémique : «nous défendons une liberté d’importuner, indispensable à la liberté sexuelle». Naturellement, cette tribune a reçu un accueil très vif de la part des nouvelles féministes. 
Elle ne défendait pourtant pas le viol ou autres agressions, mais le droit que l’on vienne nous importuner, le droit que nous avons de choisir, de l’égalité des sexes, de notre force, de notre capacité à décider par nous-mêmes sans que l’on vienne nous dicter certaines lois, de respecter notre liberté sexuelle. Pourtant, militantes et éditorialistes ont fait des amalgames dommageables et quelque chose qui partait d’une bonne intention est devenu une pseudo-ôde à l’agression des femmes.
L’accueil fait à ce plaidoyer montre bien le réel problème que sont les relations entre les hommes et les femmes aujourd’hui. On nous parle « égalité des sexes », soit, mais il me semble que les femmes sont libres de leurs choix : nous n’avons peut-être pas toutes envie d’une nouvelle guerre des sexes, nous n’en voyons pas forcément toutes l’intérêt. Et si nous avions juste envie de vivre sereinement l’un avec l’autre et non pas l’un contre l’autre ?
Malheureusement, il y a toujours des hommes qui se comportent et se comporteront comme des moins que rien, comme des animaux, mais est-ce que tous les hommes doivent payer pour les pires d’entre eux ?
N’est-il pas horripilant de tout se faire dicter ? Que vais-je inculquer à mon fils ? Qu’il ne doit pas aborder une jeune fille, de peur qu’elle ne voie cela comme du harcèlement sexuel ?

Que vais-je dire à ma fille ? Qu’elle ne doit pas laisser un garçon venir lui parler ?
Marianne de Bretagne

Politique, Écologie, Collapsologie, Identité, Islam, Société

Directeur de la publication d’Adoxa ● Libéral-conservatisme | Identité | Résilience territoriale. 

                                                                      

                                                                                 Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Adoxa est un nouveau média d’information généraliste. Pour vous proposer un contenu de qualité et régulièrement mis à jour, vos dons nous sont essentiels. Si notre ligne éditoriale et nos publications vous plaisent, n’hésitez pas à nous soutenir!

Soutenir aDOxa infos

La France interdite de Laurent Obertone, chez Ring éditions

Poster un Commentaire

avatar
500
  S’abonner  
Notifier de
Anonyme
Invité
Anonyme

C'est juste !