A la Une

Harcèlement sexuel chez Microsoft. Des dizaines de femmes témoignent

Des employées de Microsoft se plaignent de cas de harcèlement au travail dans un long courrier électronique de 90 pages. Elles affirment avoir cherché de l’aide auprès des ressources humaines, mais la direction ne semble avoir pris aucune mesure pour protéger son personnel .

Ces révélations publiques pourraient porter sérieusement entacher la réputation de l’entreprise co-fondée par le milliardaire Bill Gates.

Plusieurs employés de Microsoft ont dévoilé leurs témoignages choquants sur des cas de harcèlement sexuel et de discrimination au travail dans un document de 90 pages comprenant une série de courriels internes, rapporte le site d’information Quartz .

Ce potentiel scandale a débuté quand l’une des employées a demandé à d’autres collègues femmes comment progresser dans le service après six ans passés dans le même poste sans aucune perspective. Des dizaines de ses collègues ont partagé leurs propres expériences en matière de discrimination et de harcèlement au travail. Certains ont souffert de commentaires sexistes. D’autres ont reçu de graves menaces, selon leurs dires.

L’une des femmes affirme que lors d’un voyage d’affaires, une employée d’une entreprise partenaire de Microsoft a menacé de la tuer si elle refusait d’avoir des relations sexuelles avec lui. Elle s’est immédiatement tournée vers les ressources humaines et la direction.

« Mon chef m’a dit que c’est comme un flirt »

« Mon chef m’a dit que » c’est comme un flirt « et que je devrais » y passer », a déclaré cette employée. Quant au service du personnel, ils ont indiqué qu’ils ne pouvaient pas agir, car rien ne prouvait que l’agresseur travaillait pour une entreprise partenaire.

Une autre employée de la société s’est plainte d’avoir été appelée «salope» à plusieurs reprises sur son lieu de travail.

«Nous avons organisé des réunions avec d’autres femmes lorsque je travaillais dans la division Xbox et chacune d’entre nous, à l’exception d’une seule, se faisait appeler constamment« salope » au travail», écrit-elle. Selon elle, ce problème a également été constaté dans d’autres départements de Microsoft.

Une femme qui occupait le poste de «partenaire Microsoft», l’un des postes de direction de la société, a dévoilé un autre témoignage.

«Un homme m’a demandé à deux reprises de m’asseoir sur ses genoux devant d’autres dirigeants, y compris le responsable des ressources humaines. Je m’y suis opposé, rappelant la politique de Microsoft. Cette personne a déclaré qu’il ne voulait rien savoir et a insisté. Personne n’a réagit », peut-on lire dans ce message.

Ces témoignages sont sortis du cercle restreint de l’entreprise et ont commencé à circuler dans la presse. C’est à ce moment que Microsoft a officiellement réagi. La responsable des ressources humaines de l’entreprise, Kathleen Hogan, a déclaré qu’elle avait soulevé cette question au plus haut niveau et qu’elle traitera personnellement les plaintes qui ont été envoyées directement aux RH.

« J’ai discuté de lettres avec la direction de Microsoft. Nous avons été choqués d’apprendre l’ampleur de ces témoignages. Il est très pénible de lire ces histoires et de savoir que cela se passe chez Microsoft. J’invite toute personne ayant vécu une expérience aussi désagréable ou qui a été ignorée par les responsables de m’écrire directement. Mon équipe et moi-même allons régler ces problèmes personnellement « , a déclaré Hogan.

Par le passé, des dirigeants de Microsoft ont déjà fait l’objet de plaintes pour discrimination ou harcèlement sexuel au travail. Trois femmes ont intenté une action en justice contre l’entreprise, affirmant que Microsoft n’avait pas enquêté sur 238 cas de harcèlement au travail. En outre, les plaignants affirment que les femmes touchent un salaire inférieur à celui des hommes occupant des postes similaires. Ce procès est toujours en cours.

Adoxa est un média SANS PUBLICITE qui ne reçoit aucune subvention.

Pour continuer, nous avons besoin de votre soutien !




coq-enchaine-journal-clandestin-sous-manteau-imprimer-resistance-contre-censure-facebook