Actualités

Iran : vers un changement de régime ?

TRIBUNE – Les présidents américain et français, Donald Trump et Emmanuel Macron, ont affiché une certaine unité jeudi en espérant une reprise des négociations avec l’Iran sur le programme nucléaire iranien, et l’accord parvenu avec ce pays en 2015 duquel M. Trump s’est retiré il y a près de deux ans.

 » Une chose est sûre : ils (le régime iranien) ne peuvent pas avoir l’arme nucléaire et je pense que le président français serait entièrement d’accord avec moi », a déclaré Donald Trump devant la presse aux côtés d’Emmanuel Macron à Caen. « Nous voulons être sûrs qu’ils n’obtiennent pas l’arme nucléaire », a abondé Emmanuel Macron.

Mais les éléments de réponse à la crise iranienne actuelle ne se résument pas au seul problème nucléaire. Le pouvoir iranien doit faire face à des difficultés internes de taille.

Ayant joué toutes ses cartes répressives, le régime au pouvoir ne semble plus en position de maîtriser efficacement la situation interne. Les autorités avouent que les jeunes qui se mettent en marche la journée contre le régime, en protestation contre la situation économique qui se dégrade de jour en jour et les fortes atteintes aux droits humains, se mettent désormais à être actifs la nuit en mettant notamment le feu aux portraits et effigies, très nombreux, des dirigeants du régime avec un message nettement plus antagonique.

Les autorités iraniennes ne semblent plus capables de trouver des solutions à leurs nombreux problèmes

L’accumulation des problèmes sociaux et économique a clairement dépassé le seuil du tolérable et du contrôlable par le régime qui manque simplement des moyens pour agir. Même pour faire face à la situation sociale explosive dans les régions touchées par les inondations récentes, le régime s’est trouvé obligé, malgré une réticence accrue de la part de la population, de déployer les milices étrangères comme les milices irakiennes et le Hezbollah libanais.

Les autorités iraniennes ne semblent plus capables de trouver des solutions à leurs nombreux problèmes, et donc le spectre d’un soulèvement populaire ne cesse de hanter le régime.

La montée des tensions au Golfe persique n’aide la situation. Bien que les dirigeants iraniens répètent sans cesse qu’il n’y aurait pas de guerre, mais personne ne doute que la possibilité d’un accrochage augmente, avec l’intensification militaire, et dans ce cas personne pourra en deviner la fin.
Une multitude d’événements ont mené à cette situation pour le régime.
D’abord, la sortie des Etats-Unis, il y a deux ans, de l’accord nucléaire de 2015, avec le vrai motif étant, selon Hassan Rohani, le président iranien, le fait que la situation interne en Iran s’est transformée vers une révolte étendue à plus de 140 villes, et la faiblesse évidente du régime à maîtriser la situation.

Ensuite, le retour des sanctions économique contre le régime et l’arrêt de présence des compagnies étrangères en Iran de peur des représailles américains ont paralysé le régime.

Finalement, la mise de l’Armée des Gardiens de la Révolution sur la liste des organisations terroristes par le Département d’Etat américain a été accueillie comme une véritable catastrophe pour cet organe qui en lui seul représente 20% de la totalité du volume de commerce iranien.

La dégradation des relations extérieures du régime qui s’intensifie clairement dans le conflit avec les Etats-Unis vient au pire moment. Téhéran se rend amèrement compte le fait que la Russie et la Chine, encore moins l’UE, ne seraient en mesure de venir à son secours en risquant leurs propres intérêts économiques et stratégiques.

A la lumière de ces éléments, la probabilité d’une alternative au régime devient de plus en plus plausible. C’est en cela une vraie raison pour la mobilisation de la Résistance iranienne en Europe, en commençant le samedi 15 juin à Bruxelles, que sera le théâtre d’une manifestation rassemblant plusieurs milliers d’exilés iraniens afin de demander plus de démocratie, voire un changement de régime, en Iran. 

Poster un Commentaire

avatar
500
  S’abonner  
Notifier de

Adoxa est un média SANS PUBLICITE qui ne reçoit aucune subvention.

Pour continuer, nous avons besoin de votre soutien !




coq-enchaine-journal-clandestin-sous-manteau-imprimer-resistance-contre-censure-facebook