Economie

Le Canada légalise le cannabis

Ce mercredi 17 octobre, le Canada de Justin Trudeau est devenu le premier pays industrialisé à légaliser l’ usage de la marijuana à des fins récréatives, certains observateurs considérant étonnamment qu’il s’agit de l’une des plus grandes expériences sociales et économiques des dernières décennies. Le Canada est ainsi le seul pays industrialisé à légaliser l’ usage récréatif du cannabis.

Le pays se prépare à ce bouleversement sociétal depuis que le Parti (très) libéral du Premier ministre Justin Trudeau a remporté les élections législatives d’octobre 2015 en promettant la légalisation totale de la consommation de cannabis.

L’ Uruguay était jusqu’à maintenant le seul pays au monde à légaliser l’usage récréatif de la marijuana, bien que dans certains États des États-Unis, comme le Colorado, il soit également possible de consommer légalement du cannabis.

Aux Pays – Bas, l’usage du cannabis à des fins récréatives est toléré et autorisé dans les cafés. Bien que sa possession en petites quantités ne soit pas pénalisée, elle reste illégale de sorte que les autorités peuvent toujours confisquer la marijuana.

Des experts tels que l’académicien David Hammond, professeur à l’Université de Waterloo spécialisé en santé publique, ont déclaré qu' »il s’agit d’une expérience que de nombreux autres pays observent ».

L’année dernière, Bill BLAIR, ancien chef de la police de Toronto et actuellement ministre de la sécurité des frontières du gouvernement Trudeau, à très sérieusement expliqué que la légalisation avait pour objectif « de garder le cannabis hors de la portée des jeunes et d’éviter tout bénéfice pour les criminels ».

Pourtant, l’interdiction aux moins de 21 ans de consommer de l’alcool aux États-Unis n’a jamais empêché les jeunes de s’en procurer, l’interdit institutionnalisé renforçant leur désir de consommation d’alcool.

Selon une étude officielle, 4,9 millions de Canadiens ont dépensé environ 5,7 milliards de dollars canadiens (4,4 milliards de dollars américains) en cannabis en 2017 . Sur ce chiffre, seuls 570 millions de dollars ont été utilisés pour acheter de la marijuana à des fins médicinales, ce qui est déjà légal dans le pays.

La première conséquence de cette mesure libertarienne dans laquelle le Canada est plongée, et qui se fait sentir depuis des mois, est économique.

Millionnaires du jour au lendemain

La légalisation du cannabis va générer une nouvelle industrie dans tout le pays, qui créera des millionnaires presque instantanément et à laquelle de grandes entreprises ont adhéré.

Par exemple, Coca-Cola a reconnu qu’elle « surveillait » les possibilités d’utiliser cette drogue dans les boissons. La multinationale américaine souhaiterait créer des boissons contenant du cannabidiol, un élément non psychoactif du cannabis pouvant aider à traiter l’anxiété, la schizophrénie, les nausées et même l’épilepsie.

Entre-temps, les principaux supermarchés du pays ont déjà demandé dans certaines provinces canadiennes des permis leur permettant de vendre de la marijuana dans leurs établissements.

Du côté de la production, des dizaines d’entreprises qui cultivent des plants de marijuana en prévision de la légalisation multiplient leur production depuis des mois.

S’il est indéniable que cette légalisation devrait créer des emplois dans le pays, les conséquences sociétales et sur la santé publique devraient rapidement se faire sentir.

« Prévenir les effets néfastes sur la santé »

Une étude récente indique que la consommation de cannabis augmentera de 35% après sa légalisation.

Et, pour cette raison, la police, les sociétés de transport en commun et des milliers de sociétés à travers le pays sont en train d’établir les normes qui encadreront la consommation de cannabis par leurs employés.

En outre, des associations œuvrant pour la sécurité routière ont exprimé leur inquiétude face au danger que représente la légalisation de la marijuana.

En ce sens, des experts, comme le professeur Hammond, ont averti que la marijuana produite aujourd’hui était trois fois plus puissante que celle d’il y a 20 ans, ce qui explique la nécessité de vastes campagnes déduction à sa consommation.

Le secteur médical met également en garde que le cannabis affecte le cerveau des adolescents plus dangereusement que l’alcool.

C’est pourquoi le Journal de l’Association médicale canadienne (CMAJ), principale publication médicale du pays, a demandé dimanche au gouvernement de modifier la loi afin de « prévenir les effets néfastes sur la santé ».

Poster un Commentaire

avatar
500
  S’abonner  
Notifier de