campagne de don 2020 adoxa financement aide soutien actif soutenir presse alternative reinformation independant journalisme

Adoxa infos

L'essentiel de l'info

Le Coronavirus nécessiterait une distance de sécurité de 4,5 m. Il resterait dans l’air pendant 30 minutes et ne craindrait pas la chaleur, selon une nouvelle étude chinoise

Une étude chinoise révèle que le coronavirus peut, dans certaines conditions, voyager deux fois plus loin que la «distance de sécurité» officielle et rester dans l’air pendant 30 minutes. Les autorités conseillent aux gens de rester à 1 à 2 mètres l’un de l’autre, mais les chercheurs ont découvert qu’un passager d’un bus a infecté d’autres voyageurs assis à 4,5 mètres de distance. Les scientifiques à l’origine de la recherche ont déclaré que leur enquête avait également mis en évidence l’importance de porter des masques FFp2 en raison de la durée de la persistance.

Le coronavirus qui cause le Covid-19 peut persister dans l’air pendant au moins 30 minutes et parcourir jusqu’à 4,5 mètres – plus loin que la «distance de sécurité» recommandée par les autorités sanitaires du monde entier, selon une étude réalisée par une équipe d’épidémiologistes du gouvernement chinois. Les chercheurs ont également constaté qu’il peut survivre des jours sur une surface où des gouttelettes respiratoires atterrissent, augmentant le risque de transmission si des personnes sans méfiance le touchent puis se frottent le visage.

La durée de vie en surface dépend de facteurs tels que la température et le type de surface, par exemple à environ 37 ° C (98 ° F), elle peut survivre pendant deux à trois jours sur du verre, du tissu, du métal, du plastique ou du papier. Ces résultats, provenant d’un groupe de chercheurs officiels de la province du Hunan enquêtant sur un cas de grippe, remettent en question les conseils des autorités sanitaires du monde entier selon lesquels les gens devraient rester séparés à une «distance de sécurité» d’un à deux mètres. Leur travail était basé sur un cas d’épidémie locale survenu le 22 janvier. Un passager, connu sous le nom de «A», est monté à bord d’un autocar longue distance complet et s’est installé dans la deuxième rangée par l’arrière.

Le passager se sentait déjà malade à ce moment-là, mais c’était avant que la Chine ait déclaré que l’épidémie de coronavirus était une crise nationale, donc « A » ne portait pas de masque, pas plus que la plupart des autres passagers ou le conducteur du bus de 48 places.

La Chine exige que des caméras de télévision en circuit fermé soient installées sur tous les bus longue distance, ce qui a fourni des images précieuses aux chercheurs pour reconstruire la propagation du virus dans le bus, dont les fenêtres étaient toutes fermées.

Le coronavirus peut survivre plus de cinq jours dans les excréments humains ou les fluides corporels

« Il peut être confirmé que dans un environnement fermé avec climatisation, la distance de transmission du nouveau coronavirus dépasserait la distance de sécurité communément reconnue », ont écrit les chercheurs dans un article publié vendredi dans la revue à comité de lecture Practical Preventive Medicine .

Le document a également souligné le risque que le virus peut rester actif même après que le transporteur ait quitté l’autobus. Les scientifiques ont averti que le coronavirus pouvait survivre plus de cinq jours dans les excréments humains ou les fluides corporels.
Ils ont déclaré que l’étude prouve l’importance de se laver les mains et de porter des masques dans les lieux publics, car le virus peut persister dans l’air attaché aux fines particules de gouttelettes.
« Notre conseil est de porter un masque facial pendant tout le trajet [pendant le trajet en bus] », ont-ils ajouté.

Laisser un commentaire

la france puissance musulmane livre remigration islamisation islam probleme anticipation analyse connaissance gregory roose maurice landrieux

Adoxa est un média SANS PUBLICITE qui ne reçoit aucune subvention.

Pour continuer, nous avons besoin de votre soutien. Merci !