proposer un article pour Adoxa infos
Actualités

Le plan de Vox pour l’Andalousie: célébrer la Reconquista, expulser 52 000 migrants, interdire la théorie du genre

Le parti de droite Vox a rendu publique la liste des 18 propositions pour entamer des négociations en vue de l’investiture en Andalousie. Parmi d’autres mesures, les appels à l’expulsion de 52 000 immigrés illégaux, l’abrogation des lois sur le sexisme et le changement du jour de fête de la Communauté andalouse pour coïncider avec « l’achèvement de la Reconquista ».

L’une des propositions les plus politiquement incorrecte mais dont la logique est implacable est celle qui concerne l’immigration illégale. Vox accuse les responsables aux affaires de dissimulation d’informations qui permettraient l’expulsion de 52 000 immigrants en situation irrégulière.

Le chiffre provient d’une lettre du syndicat de la police de l’UFP qui a déclaré le mois dernier que le service de santé andalou avait « mis au placard » 52 000 copies des passeports d’étrangers en situation irrégulière.

Le document appelle également à l’abrogation des lois andalouses contre le « sexisme » , la non-discrimination, la protection de la communauté LGTBI, la mémoire historique et l’égalité des sexes. Il les considère comme des lois « idéologiques » sans fondement.

Vox affirme entre autres que le premier « préjuge du sexe de l’agresseur », que « l’Espagne n’est pas un pays homophobe » et que l’égalité des femmes est garantie « depuis des décennies ». En outre, il estime que la loi sur la mémoire offre « une version biaisée de l’histoire ».

En ce qui concerne l’éducation, Vox souhaite que les parents puissent choisir pour leurs enfants une « formation morale conforme à leurs convictions » et demande que les établissements scolaires ne répandent « aucune idéologie qui nie des faits scientifiques incontestables, avec une attention particulière pour la biologie « , en référence à la théorie du genre.

Enfin, en ce qui concerne les medias, il vise à éliminer trois des quatre chaînes de télévision, à « garantir leur neutralité politique et idéologique » et à réduire leur coût de 50%. Il souhaite également supprimer le Conseil audiovisuel andalou.