campagne de don 2020 adoxa financement aide soutien actif soutenir presse alternative reinformation independant journalisme

Adoxa infos

L'essentiel de l'info

Les migrants représentent près de la moitié des violeurs en Italie

Les données du ministère italien de l’Intérieur indiquent que 42 viols sur 100 dans le pays sont commis par des migrants et que ce nombre continue d’augmenter.

Les statistiques du ministère de l’Intérieur suggèrent également que les femmes italiennes sont plus sujettes à être victimes de harcèlement sexuel et d’agressions sexuelles mineures que les femmes étrangères, tandis que les femmes étrangères ont un taux légèrement plus élevé de délits sexuels graves tels que le viol avec violence, rapporte Il Giornale .

Plus tôt cette semaine à Naples, une jeune fille de 17 ans a été violée par un migrant extra-européen de 30 ans qui l’a forcée à monter dans sa voiture et l’a conduite dans une zone isolée où il lui a attaché les poignets et l’a violée. Elle a déclaré à la police que l’homme la traquait depuis un certain temps avant le drame.

L’Italie a connu un certain nombre d’attaques sexuelles de migrants au cours des derniers mois, notamment le viol d’une fille en mars par un gang de cinq migrants d’Albanie et du Maroc, ainsi que le viol d’un jeune de 15 ans à Tissino par des migrants marocains en Octobre. Les deux viols impliquaient également une affaire de drogues. L’un des cas les plus tristement célèbres impliquant un adolescent italien qui a été drogué et violé s’est produit l’année dernière à Rome.

Desirée Mariottini, 16 ans, a été droguée puis violée par plusieurs hommes migrants qui lui auraient délibérément donné une surdose qui a entraîné sa mort. Le procès de quatre hommes africains accusés d’avoir violé et assassiné l’adolescente a commencé cette semaine à Rome.

Les attaques violentes de migrants sont également devenues plus courantes à travers le pays. Cette semaine, un homme de 27 ans à Tarente a été si violemment battu par un groupe de migrants qu’il a perdu toutes ses dents et à du être hospitalisé. Il ne peut manger de liquide qu’avec l’aide d’une infirmière. L’épouse de l’homme a publié des photos de son état sur les réseaux sociaux indiquant que la bande de migrants avait battu son mari « pour le plaisir » et a demandé s’il s’agissait des mêmes migrants adulés par la gauche.

Un rapport du ministère italien de l’Intérieur publié en août dernier indique que près d’ un crime sur trois en Italie est commis par des migrants alors que les migrants ne représentent que 8% de la population.

Source de l’article : Breibart.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

contre-la-censure-des-réseaux-sociaux-telecharger-le-coq-enchaine-journal-islam-progressisme-critique-facebook-twitter-