La France interdite de Laurent Obertone, chez Ring éditions
Actualités

Marine le Pen condamnée à une peine d’humiliation publique

inscription newsletter adoxa info

La justice vient d’ordonner l’expertise psychiatrique de Marine le Pen, député du Pas-de-Calais et présidente du Rassemblement national. Cette humiliation ordonnée par les juges pose à nouveau question sur leur impartialité.

Cette décision de justice intervient à la suite d’un message posté en mars 2015 sur le réseau social Tweeter dans lequel elle dénonçait les atrocités commises par l’Etat islamique, ce qui lui a valu dans un premier temps la levée de son immunité parlementaire permettant à la justice de la poursuivre pour ce message politique.

Je croyais avoir eu droit à tout : eh bien non ! Pour avoir dénoncé les horreurs de #Daech par tweets, la « justice » me soumet à une expertise psychiatrique ! Jusqu’où vont-ils aller ?! 🤯 MLP

— Marine Le Pen (@MLP_officiel) 20 septembre 2018

L’intéressée a vivement réagi sur son compte Tweeter. « Je croyais avoir eu droit à tout: eh bien non! Pour avoir dénoncé les horreurs de Daech par tweets, la ‘justice’ me soumet à une expertise psychiatrique! Jusqu’où vont-ils aller?! », s’est insurgée la députée du Pas-de-Calais.

Humiliation publique

Quel est l’objectif poursuivi par la justice en ordonnant l’expertise psychiatrique, procédure qui d’ordinaire est réservée aux affaires criminelles, d’une personnalité politique qualifiée au deuxième tour de l’élection présidentielle en 2017 et dont les interventions publiques sont majoritairement empruntes de solennel, de sobriété et de sérieux ?

L’attitude hystérique de Jean-Luc Mélenchon serait davantage sujette aux procédures judiciaires et aux expertises psychiatriques. Peu d’hommes politiques se sont aventurés à invectiver des citoyens en pleine campagne électorale, à les menacer publiquement avec beaucoup d’agressivité comme l’illustre cette vidéo dans laquelle le responsable d’extrême-gauche s’en prend violemment à un opposant politique.

Mais c’est Marine le Pen que les juges viennent en toute connaissance de cause d’humilier publiquement. Le parti qu’elle dirige, le Rassemblement national, semble être la cible de juges dont le zèle est remarquable et qui usent de méthodes disproportionnées pour instruire un dossier d’une banalité affligeante pour le citoyen lambda : Marine le Pen a répondu à une insulte publique qui lui avait été faite par un journaliste qui avait comparé le Front national à Daech.

En replaçant la réalité au centre des débats avec ce Tweet qui avait pour objectif de dénoncer les horreurs de Daech, Marine le Pen a voulu démontrer que la comparaison dont elle a été victime était pour le moins déplacée, sinon ordurière. Tout le monde l’a compris. Mais les juges ne l’entendent pas ainsi.

A la légitime défense de l’injure, le droit reconnait l’excuse de provocation. Mais pour Marine le Pen, c’est différent. Les élections européennes approchent et son parti est très bien placé dans les sondages pour faire de l’ombre au parti majoritaire LREM. De là à penser que le traitement judiciaire dont elle est l’objet correspond à une volonté idéologique de la décrédibiliser aux yeux de l’opinion publique, il n’y a qu’un pas.

Le désormais célèbre « mur des cons » du syndicat de la magistrature et les prises de positions publiques pro-immigration et islamo-compatibles de certains de leurs représentants doit nous rappeler que le parti pris de nombreux magistrats, très à gauche et ouvertement hostile aux idées du Rassemblement national, ne peut être étranger à cette humiliante décision d’expertise psychiatrique de Marine le Pen.

A l’Assemblée nationale, Marine Le Pen a annoncé qu’elle refuserait de se soumettre à cette expertise. « J’attends de voir comment les magistrats entendent m’y contraindre », a-t-elle déclaré.

Politique, Écologie, Collapsologie, Identité, Islam, Société

Directeur de la publication d’Adoxa ● Libéral-conservatisme | Identité | Résilience territoriale. 

                                                                      

                                                                                 Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Adoxa est un nouveau média d’information généraliste. Pour vous proposer un contenu de qualité et régulièrement mis à jour, vos dons nous sont essentiels. Si notre ligne éditoriale et nos publications vous plaisent, n’hésitez pas à nous soutenir!

Soutenir aDOxa infos

La France interdite de Laurent Obertone, chez Ring éditions

Poster un Commentaire

avatar
500
  S’abonner  
Notifier de