La France interdite de Laurent Obertone, chez Ring éditions
Tribunes

Pour améliorer votre pouvoir d’achat, faîtes la grève des achats !

Et si le meilleur moyen d’augmenter son pouvoir d’achat était de ne pas succomber aux sirènes de la société de consommation ? Retourner aux sources, faires des cadeaux avec le coeur, avec les mains, plutôt qu’avec un porte-monnaie toujours plus vide !

La saine colère enfin exprimée par le Peuple saura-t-elle se donner un objectif concret ou bien les vendeurs de soupe parviendront-ils encore à étouffer un élan vital dans une avalanche de consommation ?

Serions-nous encore crédibles si, après avoir pleuré sur notre pouvoir d’achat laminé, nous nous disposions à dépenser ce que nous n’avons pas pour acquérir des biens à l’utilité douteuse, au prétexte que c’est le moment choisi par le profiteur pour nous les fourguer ?

En effet, est-ce judicieux de nous appauvrir encore pour continuer de remplir les fouilles de ceux qui nous font les poches ? Si vraiment la coupe est pleine, comme nous tentons de le faire savoir enfin, nous ne pouvons pas nous déterminer, consciemment ou non, à nous préparer à la séquence suivante comme si rien ne s’était passé ! Or la séquence suivante (après Halloween et le black Friday – vive la tradition !) c’est Saint-Nicolas puis Noël…

Si nous voulons vraiment atteindre le gouvernement – ce en quoi nous avons visiblement échoué à ce jour – il faut toucher ses commanditaires : les nantis. Et non pas emmerder les laborieux comme nous le faisons à présent, et comme nous l’envisageons pour demain par manque d’imagination…
Car nous avons bien compris que nous avons installé à la tête de l’Etat les marionnettes que les nantis nous ont imposées, par la presse et la TV qu’ils détiennent à 90 % avec les moyens que nous leur avons consentis…

Il n’est jamais trop tard pour faire acte de lucidité, et puisque la détermination nous anime, appliquons-nous à saboter la prochaine séquence, et la suivante encore si la leçon n’a pas porté : c’est l’objet de ce #Joyeux Noël !

Concrètement, refusons de consommer dorénavant aux conditions qui nous sont imposées : sans même évoquer la raison climatique pour le justifier, et si la consommation doit rester un horizon pour nombre d’entre nous, imposons qu’elle se fasse à nos conditions. C’est-à-dire en reconsidérant complètement la façon de redistribuer la richesse : lâchez quelque chose, où il ne vous servira plus à rien de produire (ou de faire produire vos esclaves) car vos produits n’auront plus de débouché !

Et pour commencer, on vous laisse sur le ventre tous les conteneurs que vous avez fait venir de Chine. Pour Noël toutes les merdes que vous prétendiez nous fourguer vont rester dans vos entrepôts. Nous fêterons (pour ceux dont c’est la tradition, mais aussi pour tous les autres) cette fin d’année avec les moyens matériels minimum et l’investissement affectif maximum.

Alors pour ce #Joyeux Noël ! « à votre imagination » au lieu de « à votre portefeuille » !

Il faut annoncer sans tarder notre intention de boycotter la fête des profiteurs, pour que les marchandises restent dans les conteneurs, sinon ce seront les petits commerçants qui seront floués.
Nous pouvons même imaginer que ce renoncement matériel va nous permettre de retrouver des valeurs dont nous déplorons souvent la perte : chiche !

#Joyeux Noël !

Le Ternet pouss son coup de Gueule chaque semaine sur Adoxa. Et parfois, ça pique.

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Poster un Commentaire

avatar
500
  S’abonner  
Notifier de