La France interdite de Laurent Obertone, chez Ring éditions
Ecologie

Etats-Unis: le réchauffement climatique provoquerait une crise économique deux fois plus grave que celle des années 30

cop 24-rechaufement climatique trump katovice pologne

Malgré un rapport gouvernemental alarmiste sur l’impact du réchauffement climatique aux Etats-Unis, le président américain Donald Trump a déclaré qu’il n’était pas un « partisan » du changement climatique et qu’il « ne voyait pas » les effets des rapports scientifiques sur ce phénomène dans une interview publiée fin novembre dans le Washington Post. Cette déclaration intervient quelques jours avant la COP 24 qui se tient en ce moment à Katowice, en Pologne.

« L’un des problèmes de beaucoup de gens comme moi, c’est que nous avons un très haut niveau d’intelligence, et que nous ne sommes pas nécessairement aussi crédule », a déclaré Trump dans son interview avec le journal de la capitale fédérale américaine.  Quant à savoir si le changement climatique est dû aux activités humaines ou non, et si les effets dont vous parlez sont là, je ne les vois pas « , a-t-il ajouté.

Par ces mots, Trump contredit pour la deuxième fois un rapport récent de son propre gouvernement qui estime que les conséquences du changement climatique pourraient coûter des centaines de milliards de dollars aux Etats-Unis et provoquer la mort de milliers de personnes. Selon ce document, l’impact du réchauffement climatique pourrait entraîner une contraction de l’économie d’environ 10%, ce qui représenterait le double des pertes enregistrées pendant la Grande Dépression des années 30.

« Je n’y crois pas « 

« Je n’y crois pas », a répondu Trump lundi, à la question concernant les conclusions de ce rapport. Dans son interview avec le Washington Post, Trump a déclaré que l’ air et l’eau aux États-Unis sont plus propres que jamais, mais n’a pas abordé la cause du réchauffement climatique selon le consensus scientifique: les émissions de dioxyde de carbone.

Trump avait déjà mis en doute la simple existence du réchauffement climatique par une vague de froid qui a frappé le nord-est des États-Unis à un moment inhabituel. En juin 2017, Trump a retiré les États-Unis de l’accord de Paris sur le changement climatique dans une décision controversée qui a laissé son pays comme le seul au monde à sortir du traité.

Les Etats-Unis sont les deuxièmes émetteurs de dioxyde de carbone avec 14 % des émissions mondiales de CO2.

 Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Adoxa est un nouveau média d’information généraliste. Pour vous proposer un contenu de qualité et régulièrement mis à jour, vos dons nous sont essentiels. Si notre ligne éditoriale et nos publications vous plaisent, n’hésitez pas à nous soutenir!

Soutenir aDOxa infos

La France interdite de Laurent Obertone, chez Ring éditions

1
Poster un Commentaire

avatar
500
1 Auteurs du commentaire
Franck Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Franck
Invité
Franck

Le CO2 est un GES très mineur.
Le réchauffement est terminé, le refroidissement commence avec la fin du cycle solaire 24 et la combinaison des autres cycles. Nous sommes déjà en minimum solaire.
Avec l’inertie océanique (deuxième facteur pour le climat après l’activité des cycles solaires et bien avant l’effet de serre si cher aux apprentis-écolos), le froid devrait devenir sérieux dans 15-25 ans.