La France interdite de Laurent Obertone, chez Ring éditions
Actualités

SANTE : troisième mois de grève à l’hôpital Pinel (Amiens)

hopital-psychiatrique-Philippe-Pinel-Amiens-greve-ars-buzin-manifestation-aletheia-infos


Depuis le 15 juin, le personnel de l’hôpital psychiatrique Philippe Pinel à Amiens, ville natale d’Emmanuel Macron, est en grève. Ceci, en raison d’une situation qui s’aggrave depuis des années, sans qu’aucune réponse acceptable ne soit apportée de la part de l’ARS (Agence régionale de santé) et du ministère de la Santé, selon les grévistes.

La surexploitation des lits aboutit à l’installation de quatre patients dans des chambres prévues pour deux ; des chambres d’isolement sont occupées par des malades qui ne devraient pas s‘y trouver ; des malades de plus en plus nombreux qui doivent être soignés par un personnel dont les effectifs, eux, n’augmentent pas. La colère des personnels s’est cristallisée lors de l’annonce de la fermeture d’un service, le quatrième en quatre ans.

En l’espace de trois années, huit psychiatres ont claqué la porte de l’établissement et d’autres cadres de santé comptent également quitter l’hôpital, « pas par choix mais par dépit ».

Face au refus de la prise en compte d’exigences minimales (recrutement du personnel nécessaire, création d’unités de soin indispensables), les personnels se relaient jour et nuit devant l’hôpital pour se faire entendre.

Malgré toutes leurs interpellations, notamment sur les réseaux sociaux, la direction de l’hôpital, l’ARS et le gouvernement ne semblent pas prendre la mesure de la situation.

Les revendications semblent pourtant claires, nécessaires et urgentes. Depuis deux mois, celles-ci n’ont pas changé. Elles ne consistent pas à demander des hausses de salaire ou des primes, non, il s’agit simplement d’obtenir davantage de personnels soignants, ce qui permettrait de travailler dans de meilleures conditions et d’accueillir les patients de façon décente.

Selon France culture, « la direction de l’hôpital promet des solutions, et annonce l’embauche de 10 infirmiers en CDD, grâce à une enveloppe d’un million d’euros donnée par l’Agence régionale de santé en juillet. Mais ce qui est présenté comme une aide exceptionnelle de la part de l’agence, n’est, selon les grévistes, qu’une dotation annuelle habituelle. Une aide insuffisante selon eux. »

Laure Devienne

Politique, Écologie, Collapsologie, Identité, Islam, Société

Directeur de la publication d’Adoxa ● Libéral-conservatisme | Identité | Résilience territoriale. 

                                                                      

                                                                                 Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Adoxa est un nouveau média d’information généraliste. Pour vous proposer un contenu de qualité et régulièrement mis à jour, vos dons nous sont essentiels. Si notre ligne éditoriale et nos publications vous plaisent, n’hésitez pas à nous soutenir!

Soutenir aDOxa infos

La France interdite de Laurent Obertone, chez Ring éditions

Poster un Commentaire

avatar
500
  S’abonner  
Notifier de