proposer un article pour Adoxa infos
A la Une

Des policiers rejoignent le mouvement des Gilets jaunes

syndicat police rejoint manifestation greve gilets jaunes

Le syndicat Vigi-Ministère de l’Intérieur invite une partie des agents à se mettre en grève de façon illimitée à compter du samedi 8 décembre. Il s’agit des « personnels administratifs, techniques et scientifiques ».

Les forces de l’ordre s’apprêtent à nouveau mobilisées pour encadrer l’acte IV des rassemblements des «gilets jaune » à Paris et dans le reste de la France. Les policiers, largement sollicités, ont étés très éprouvés par les violences des casseurs dans les rues de la capitale.

« Nous voulons montrer que nous sommes solidaires des revendications concernant le pouvoir d’achat, portées par les « gilets jaunes ». Les policiers sont aussi concernés », a rapporté à 20 Minutes le secrétaire général du syndicat, Alexandre Langlois, souhaitant « Contraindre le gouvernement à négocier ». Il souligne que cet appel à la grève ne concerne que les « personnels administratifs, techniques et scientifiques », ainsi que les « ouvriers d’Etat » et les « cuisiniers du ministère de l’Intérieur ».

Nous voulons montrer que nous sommes solidaires des revendications concernant le pouvoir d’achat, portées par les « gilets jaunes ». Les policiers sont aussi concernés

Les personnels actifs n’ont en effet pas le droit de se mettre en grève ». Mais il ne faut cependant pas minimiser l’impact de cette grève sur le fonctionnement des compagnies de CRS chargés de maintenir l’ordre aux cours des prochaines manifestations. En effet, « sans adjoints techniques et ouvriers cuisiniers, les compagnies de CRS peuvent être immobilisées » souligne Alexandre Langlois. La situation des agents est d’autant plus inquiétante que la fatigue se fait ressentir dans les rangs par l’accumulation des journées de travail.

Après les « gilets jaunes » et les transporteurs routiers, c’est au tour des policiers de se mettre en grève. Le début du mois de décembre promets d’être très difficile à gérer pour l’exécutif qui campe sur ses positions tout en annoncer des mesurettes qui ne calment personne.