proposer un article pour Adoxa infos
Economie

Trump menace de « dévaster économiquement » la Turquie si Ankara attaque les Kurdes en Syrie

Le président américain Donald Trump a déclaré dimanche sur son compte Twitter que le processus de retrait des troupes américaines du sol syrien avait déjà commencé et menaçait de «dévaster économiquement» la Turquie si le gouvernement turc décidait d’attaquer les Kurdes de Syrie.

«Le retrait des troupes américaines de la Syrie, qui avait été reporté, a commencé tout en continuant d’attaquer les quelques territoires laissés à l’Etat islamique », a déclaré le président américain sur son compte Twitter.

« Nous allons détruire économiquement la Turquie si elle attaque les Kurdes », a-t-il ajouté. Peu de temps après, Trump a déclaré qu’il « s’attend tout autant » à ce que les Kurdes « ne provoquent pas la Turquie ».

La Russie, l’Iran et la Syrie ont bénéficié de manière significative de la politique américaine visant à mettre fin à l’Etat islamique en Syrie. « Le moment est venu pour nos troupes de rentrer chez elles », a-t-il déclaré. « Cela nous permettra de mettre un terme aux « guerres sans fin », conclut-il.

Ces déclarations interviennent alors que le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo effectue une tournée au Moyen-Orient. Une visite destinée à rassurer ses alliés alors que la tension est montée entre les Etats-Unis et la Turquie au sujet du sort des Kurdes de Syrie, qui ont lutté aux côtés des Etats-Unis contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI), rappelle le journal La Croix.

Erreur fatale

Le porte-parole du président turc Recep Tayyip Erdogan, Ibrahim Kalin, s’est adressé sur Twitter pour répondre à la menace du président américain qui a donc mis en garde Ankara contre une « dévastation économique » si elle visait les forces kurdes soutenues par les Etats-Unis en Syrie.

Les terroristes ne peuvent être à la fois vos partenaires et vos alliés. La Turquie attend des États-Unis qu’ils honorent leur partenariat stratégique et ne souhaitent pas qu’il soit remis en cause par la propagande terroriste.
Il n’y a pas de différence entre Daesh et le PKK. Nous continuerons à nous battre contre eux.