Brexit, ce qui change pour le commerce, les droits de douane, les finances, la concurrence, les étudiants et les citoyens italiens. Fin du programme Erasmus pour les étudiants universitaires

- Advertisement -

Au début de l’année, de nombreux commentateurs disaient qu’un accord commercial post-Brexit (et autres) entre le Royaume-Uni et l’UE serait impossible pour Boris Johnson. Il n’est pas surprenant qu’il ait fallu sept ans à l’UE et au Canada pour en frapper un. Aujourd’hui, cependant, l’accord historique est pratiquement terminé. De ce point de vue, c’est un grand succès politique pour le Premier ministre britannique, malgré le mécontentement de ses conservateurs Brexiteers qui voulaient une sortie brutale de l’Europe, le redouté « No Deal ». En outre, c’est aussi une grande victoire pour l’UE, sa diplomatie, sa politique et l’Occident lui-même, qui n’est pas divisé maintenant, à un moment crucial, malgré le Brexit, où de nombreuses forces hostiles poussaient à une rupture nette.

Mais que signifie cet accord ? Et quelles ont été les pierres d’achoppement dans les négociations qui ont finalement été surmontées ?

Pêche

Des diplomates français anonymes ont fait savoir à Reuters que « Londres a offert d’énormes concessions au cours des dernières 48 heures, notamment sur la pêche ». S’agit-il d’une déclaration patriotique des Français, faisant écho à l’intransigeance du président Macron dans la défense des pêcheurs transalpins qui jusqu’à présent opéraient librement dans les eaux britanniques grâce au marché unique européen ? Ou y a-t-il une part de vérité dans tout cela ?

La pêche a constitué un blocage énorme et presque absurde de ces très longues négociations, étant donné qu’elle représente 0,1% du PIB britannique et qu’elle ne représente « que » 650 millions sur le marché annuel. Mais c’est un argument extrêmement patriotique, pour Johnson dans la mesure où satisfaire les nombreux pêcheurs écossais est un moyen d’éviter la fureur de l’indépendance d’Édimbourg, mais aussi pour Macron et d’autres pays comme la Belgique et la Hollande qui veulent protéger leurs pêcheurs du nord qui risquent de perdre l’accès aux eaux riches en poissons de la Grande-Bretagne.

L’accord semble toutefois avoir été conclu et il semble plus favorable à l’UE : Londres a exigé que les pêcheurs européens, après le Brexit du 1er janvier, restituent ou paient initialement 80% des prises dans les eaux britanniques. Puis la demande, au fil des mois, a chuté jusqu’à 35 %. Bruxelles n’a pas bougé de 20% et toujours dans une période de transition d’au moins six ans, contre les demandes initiales de Londres pour une révision tous les 12 mois de l’accès des pêcheurs européens aux eaux britanniques. Les deux équipes de négociation n’ont laissé filtrer aucun détail, mais il semble que les deux pays se soient mis d’accord sur un maigre 25% des quotas à restituer aux Britanniques par les pêcheurs européens et sur une transition accordée à ces derniers de 5 ans et demi avant que Londres ne reprenne le contrôle total de ses eaux.

Le droit de la concurrence

Ils ont été l’autre pierre d’achoppement, jusqu’à présent insurmontable, des négociations entre l’UE et le Royaume-Uni. En bref : l’Europe craignait qu’après avoir accordé un accord commercial, Londres ne se dissocie de ses lois sur la concurrence et de ses normes en matière de travail et d’environnement une fois qu’elle aurait quitté l’UE, ce qui entraînerait une concurrence déloyale pour l’UE. Sur ce point, contrairement à la pêche, l’UE a concédé plus que Johnson : il n’y aura pas de contrôle par les tribunaux européens, ni de mécanisme d’alignement automatique pour le Royaume-Uni des règles, lois et normes décidées ou mises à jour par l’UE après le 1er janvier. Au contraire, si l’UE considère que la concurrence déloyale dans un domaine peut s’appliquer presque automatiquement, mais il devrait y avoir des arbitres indépendants pour les valider, des tarifs spécifiques. Un réconfort pour l’Europe mais aussi une « main libre » pour Boris, du moins potentiellement.

(afp)

L’Italie et le made in Italy

Cela peut rassurer, au moins en partie, les producteurs italiens, en particulier les exportations italiennes de produits de qualité et d’indications géographiques (AOP/IGP) et de vins tels que le prosecco. Les termes de l’accord ne sont pas encore clairs : dans des cas extrêmes, le Royaume-Uni pourrait décider de ne pas respecter les normes de qualité, mais il serait en même temps sanctionné par de lourdes obligations. C’est donc un scénario peu probable, à moins que Londres ne commence à produire des copies de produits italiens protégés par des marques déposées. Cependant, personne ne pouvait l’empêcher, du moins en théorie, de vendre à l’étranger des produits similaires de moindre qualité.

Le chat de Downing Street célèbre Brexit à sa manière en attaquant un pigeon


Droits et tarifs

Dans le cas contraire, les droits de douane seront presque entièrement évités sur les biens, les denrées alimentaires, les marchandises et les composants britanniques exportés vers l’UE (et vice versa), qui peuvent théoriquement être échangés dans le cadre d’une relation de libre-échange à droits zéro. Un énorme accord bilatéral d’une valeur de près de 750 milliards d’euros pour la seule année 2019. Mais il n’y aura certainement pas la même fluidité aux frontières que lorsque le Royaume-Uni faisait partie (et fera partie encore pendant quelques jours, jusqu’au 31 décembre) du marché unique européen. Les distorsions de ce nouveau régime, en dépit de l’accord commercial, devront être constatées dès le 1er janvier : pour de nombreuses marchandises, des déclarations en douane devront être remplies, ce qui pourrait représenter environ 700 millions de nouveaux formulaires par an pour la bureaucratie britannique (et européenne), avec des milliers de nouveaux travailleurs frontaliers à recruter pour Londres. Bref, pas une transition facile, en fait un fardeau potentiellement énorme. Mais c’est certainement mieux qu’un « No Deal » brutal, c’est-à-dire une sortie de Londres de l’UE sans accord, comme l’ont démontré les interminables files de camions et de camionnettes à Douvres ces derniers jours dès que la France a fermé les frontières « pour Covid ». Même si des files de camions pouvaient être créées de toute façon juste pour les déclarations en douane et autres formalités administratives qui seront nécessaires. C’est également pour cette raison que le Royaume-Uni, pendant six mois, ne contrôlera pratiquement pas les marchandises et les biens à l’entrée, car il n’a pas la capacité de le faire (ni en tant qu’employés, ni en tant qu’espaces), tandis que la France de Macron n’appliquera probablement pas de règles et de contrôles douaniers stricts.

Brexit, Johnson : « Abandonner le programme Erasmus a été un choix difficile ».


La défaite de Johnson sur la finance

Les finances représentent 10 % du PIB de Londres et jusqu’à 20 % des recettes fiscales du Royaume-Uni. La City de Londres voudrait continuer à maintenir son leadership financier dans le monde, tandis que l’UE voudrait exploiter le Brexit pour lui opposer un pôle de taille et de puissance égales, ce qui est impossible à court terme en raison des déficiences « structurelles » de l’Union dans ce domaine : une rupture nette avec la City aurait également des répercussions sur les finances européennes. Mais finalement, de l’aveu même de Johnson aujourd’hui lors de la conférence de presse (« ce n’est pas exactement ce que nous voulions »), c’est Londres qui perd, même si elle a limité la défaite : les entreprises britanniques, en effet, pour maintenir la soi-disant « équivalence financière » pour opérer dans l’UE, devront ouvrir un bureau ou un siège dans l’Union européenne : pas de problème pour les plus grandes entreprises britanniques (qui avaient en effet déjà commencé un « clonage » dans l’UE au cours des derniers mois et des dernières années en cas de « No Deal »), plus compliqué pour les plus petites, qui à partir de mars 2021 pourraient voir leur statut dans l’UE révoqué à tout moment.

Brexit, Johnson : « Accord conclu. La plus grande jamais réalisée ».


Irlande du Nord

Cette question n’est pas strictement incluse dans cet accord commercial, car les lignes directrices ont déjà été écrites dans l’accord de divorce d’octobre 2019. En tout cas, l’Irlande du Nord reste pendant au moins quatre ans également accrochée aux règles de l’UE et à son marché unique (afin de ne pas réinstaller des frontières avec l’Irlande qui pourraient mettre en péril la paix fragile sur l’île). C’est pourquoi Londres s’est engagée à contrôler de manière préventive les biens et les marchandises en provenance de Grande-Bretagne vers Belfast (et vice versa), afin de ne pas « polluer » le marché unique européen, malgré les récentes menaces de ne pas respecter cette promesse. En bref, un compromis qui, pendant au moins quelques années, ne changera rien en Irlande du Nord et qui, à court terme, devrait maintenir la paix, mais ce statut spécial devra ensuite être renouvelé par le parlement local de Stormont.

Erasmus et les étudiants de l’UE

Le programme Erasmus à destination et en provenance du Royaume-Uni prend malheureusement fin : il disparaîtra à partir de l’année universitaire 2021/2022. Le Royaume-Uni avait demandé une version plus rationnelle de l’actuel Erasmus+, ce que l’UE n’a pas accepté, et c’est aussi pour cette raison qu’il a déjà fourni un programme alternatif pour financer uniquement les étudiants britanniques à l’étranger. Ce serait un coup dur pour tous les étudiants italiens et européens qui ont jusqu’à présent étudié pendant un ou deux semestres au Royaume-Uni. En outre, avec tout type d’accord tel qu’il a déjà été décidé et signé par Londres, à partir du 1er janvier 2021 tout va changer pour les étudiants italiens et européens qui veulent étudier de façon permanente dans les universités britanniques : s’ils ne sont pas résidents à partir de l’année 2020, ils devront payer des frais universitaires élevés comme tous les autres étudiants non britanniques, en plus du visa et de l’assurance maladie (seulement ces deux derniers de 500 à 700 euros par an environ) pour un total de milliers d’euros par an en plus.

Ce qui change pour les travailleurs italiens

Mais tout va changer également pour les travailleurs italiens et européens, bien que cela aussi ait été décidé il y a longtemps et n’ait rien à voir avec l’accord annoncé aujourd’hui : à partir du 1er janvier 2021, la liberté de circulation européenne prendra fin, donc vous devez d’abord avoir un emploi et seulement ensuite vous pourrez entrer au Royaume-Uni (et non l’inverse comme c’était autorisé aujourd’hui). Mais cela ne peut se faire que si vous avez les conditions requises (langue, éducation, expérience) selon un système de « points australiens ». En bref, malgré l’accord conclu et le « No Deal » évité, il sera beaucoup plus difficile pour les Italiens de vivre, de travailler et d’étudier au Royaume-Uni, surtout pour ceux qui font un travail moins rémunéré, qui selon le gouvernement britannique devrait être de plus en plus britannique. Est-ce que ce sera vraiment le cas ? Nous verrons à partir du 1er janvier 2021.

Les dernières actus

Assassin’s Creed : pas de chapitre principal en 2021, mais 8 nouveaux projets seront lancés.

L'avenir d'Assassin's Creed, pour tous les fans et joueurs de la saga, voyage toujours dans l'incertitude. Ce qui est certain, c'est que 2021 ne...

Netflix, ce qu’il faut regarder d’intéressant cette semaine

Ce n'est pas un mystère, Netflix est l'une des plateformes de streaming les plus actives en termes de renouvellement de son catalogue, parvenant à...

Secret Invasion : Oliva Colman sera-t-elle au casting de la série Marvel ?

L'actrice britannique Olivia Colman, lauréate d'un Oscar pour le film La Favorita et nommée aux Emmy Awards pour avoir incarné la reine Elizabeth II...

One Piece : La publicité fait entrer Ruffy et ses amis dans notre monde.

Ruffy et ses amis conquièrent le monde réel. Dans une nouvelle publicité japonaise, ils se font livrer de la nourriture et utilisent également leurs...

The Suicide Squad, James Gunn confirme l’achèvement final du travail

Malgré le fait que Suicide Squad soit à presque quatre mois de sa sortie, James Gunn a officiellement confirmé que le travail sur le...

LOL : Who’s laughing is out : Lillo Petrolo : ‘Posaman est né d’un échec technique’.

Lillo Petrolo est l'homme du moment, sur les réseaux sociaux on ne parle que de ses sketches LOL : Who's Laughing is Out, et...

Pour continuer

George Blake, le Britannique 007 qui a espionné pour Moscou, meurt à 98 ans

LONDRES - "Pour trahir, il faut appartenir et je n'ai jamais eu le sentiment d'appartenir à...

L’incendie d’une résidence à Detroit provoque la mort de deux enfants le jour de Noël

Detroit - Une mère a échappé à un incendie le matin de Noël après avoir sauté d'une fenêtre du deuxième étage avec un fils...

États-Unis, explosion dans le centre-ville de Nashville : « Acte intentionnel ». Médias locaux : des restes humains retrouvés

La ville de Nashville, dans le Tennessee, le cœur rural des États-Unis, a été réveillée à...

Un enregistrement avertissait qu’une bombe allait exploser dans le centre-ville de Nashville

Washington - L'explosion qui a secoué la ville américaine de Nashville vendredi dernier provenait d'un véhicule dont l'enregistrement indiquait qu'"une bombe allait exploser dans...

Coronavirus dans le monde, des États-Unis resserré sur les vols vers le Royaume-Uni : prélèvement négatif requis pour voyager

Les États-Unis exigeront un test Covid-19 négatif, dans les 72 heures suivant le départ, pour tous...

Los Angeles demande d’éviter les services religieux en salle pour Noël

Los Angeles - Le département de la santé du comté de Los Angeles a exhorté jeudi les habitants à éviter d'assister aux services religieux...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici