Brexit, un accord « historique » entre l’UE et la Grande-Bretagne

- Advertisement -

LONDRES – Niché sous le sapin, Boris Johnson a remis aujourd’hui à ses compatriotes l’accord Brexit tant convoité comme cadeau de Noël. La négociation sur les derniers obstacles à un accord a en fait été résolue mercredi soir au dîner, avec une pizza mangée à la table de discussion, s’est poursuivie jusqu’au jeudi midi (sur la base de sandwiches, toujours en train de parler) et a duré toute l’après-midi pour définir les détails pratiques compliqués (selon une source « poisson par poisson », faisant allusion à l’un des litiges les plus complexes) et juridiques, y compris certaines erreurs de chiffres sautées in extremis, dans un document de bien deux mille pages. « Nous avons tenu nos promesses, nous avons fait le Brexit, nous avons repris le contrôle de notre avenir et résolu la question qui nous tourmentait depuis des décennies », a finalement annoncé triomphalement le premier ministre britannique dans un discours télévisé à la nation depuis Downing Street, après un appel téléphonique avec la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen mettant officiellement fin aux négociations. « Et je pense que c’est une bonne affaire pour nos partenaires européens aussi, il sera aussi dans leur intérêt d’avoir une Grande-Bretagne heureuse et prospère comme voisine. nous serons votre allié, votre soutien et, ne l’oublions pas, votre marché ». Il ne reste plus qu’à attendre la ratification par le Parlement de Westminster, prévue pour le 30 décembre (même les travaillistes disent qu’ils voteront en faveur), et le Strasbourg « rétroactif », qui votera probablement en janvier. Célébrant l’attente de la nouvelle, la livre a gagné en devises sur les marchés des changes et les marchés boursiers ont augmenté. « Un pacte historique », titre le Financial Times. « Alléluia, joyeux Brexmas ! » est le titre du Daily Mail. Et « Brexmas », une fusion de Brexit et de Noël, devient le sceau final d’une histoire qui a commencé il y a exactement quatre ans et demi avec le vote populaire lors du référendum, qui a approuvé à 52 à 48 % la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Cela ne suffira pas à remonter le moral d’une nation affligée par Covid, qui a connu hier un record de plus de 39 000 cas et 744 décès, le plus grand nombre depuis avril. Mais c’est la première bonne nouvelle que le Premier ministre britannique peut offrir au pays après une année terrible au gouvernement et une semaine cauchemardesque entre la variante agressive du Coronavirus, la suspension des vols aériens en provenance de plus de 40 pays et la fermeture de la frontière à Douvres avec 10 000 camions bloqués.

Les négociations qui ont commencé il y a neuf mois ont donc pris fin alors que le compte à rebours était à moins de huit jours de l’échéance finale, le 31 décembre, fin de la phase de transition où rien n’a changé. Brexit, en fait, est officiellement devenu une réalité en janvier dernier, avec l’accord sur le « divorce » du Royaume-Uni avec l’UE approuvé par les deux parties l’automne précédent. Celui conclu ce matin régit au contraire les futures relations entre Londres et Bruxelles, en approuvant un pacte de libre-échange qui évite de payer des droits sur les marchandises : il s’agit en substance d’un accord sur la phase post-Brexit qui commence le 1er janvier 2021. L’accord couvre également la coopération scientifique, culturelle et en matière de sécurité. Mais avec Brexit, beaucoup de choses changent quand même, du secteur des services, notamment les services financiers dans la City, qui n’auront plus d’accès direct au continent, à la fin de la liberté de circulation ou à la possibilité de venir vivre et travailler librement en Grande-Bretagne, et vice versa pour les travailleurs britanniques des 27 pays de l’UE.

Après d’innombrables reports, ultimatums et menaces de Londres d’un « no deal », une sortie de l’UE sans aucun type d’accord, les négociations se sont accélérées depuis la semaine dernière, grâce aussi à un contact téléphonique continu entre Johnson et von der Leyen, qui ont fait passer le dialogue du niveau des techniciens à celui des dirigeants. Mercredi à 23 heures, M. Johnson a rapporté à ses ministres que cela avait été fait dans la pratique et leur a demandé leur aide pour « vendre » l’accord à l’opinion publique : un signe qu’il s’attend à des critiques de la part des ultra-brexitistes pour avoir trop cédé. Les droits de pêche, les règles de concurrence et l’arbitrage des éventuelles violations ont été les derniers obstacles, résolus par des concessions réciproques. Le jeu a déjà commencé pour déterminer qui a donné le plus : le site Guido Fawkes, pro-Brexit et ultra-conservateur, publie un bulletin qui attribue au gouvernement le fait que Londres a gagné dans 40% des cas, Bruxelles dans 17 et qu’un compromis équitable a été trouvé dans les 40% restants. Des Brexiteers purs et durs se préparent à accuser Downing Street d’avoir baissé son pantalon, il passe la journée à leur téléphoner pour les rassurer du contraire. « Il me semble que nous avons lâché le ballon avant d’avoir marqué le but », est le premier commentaire de Nigel Farage, l’ex-leader du parti Brexit. Mais dans une interview à la radio, Farage dit alors : « L’accord ne sera pas parfait mais la guerre est terminée ». On a l’impression que, tout comme lors des négociations de fin 2019 sur le « divorce » de Bruxelles, Boris Johnson a d’abord bluffé, puis a donné un conseil modeste : les cartes les plus fortes étaient entre les mains de l’UE, car le plus grand dommage économique, en cas de « non-accord », aurait été pour le Royaume-Uni. Comme il est logique, lorsqu’il s’agit de 27 pays contre un, on voit clairement qui est le plus faible. Mais comme dans tout compromis, l’Europe unie a dû renoncer à quelque chose. Le fait est que les négociations commerciales prennent généralement de cinq à dix ans pour aboutir à un accord : cette fois-ci, il a fallu neuf mois. Après une grossesse si rapide, la naissance d’un petit garçon nommé Brexit la veille de Noël mérite des applaudissements, marquant la victoire de la diplomatie et de la politique sur les pires intentions des extrémistes.

Un autre facteur a pesé dans les négociations finales : la crise de Covid, en particulier l’émergence d’une nouvelle variante en Angleterre. Hier encore, le gouvernement britannique a annoncé l’extension du blocus à de nouvelles régions pour 6 millions de personnes supplémentaires à partir du 26 décembre : pratiquement tout le pays est soumis à de sévères restrictions. « Boris a annulé Noël » faisait la une des tabloïds britanniques il y a quelques jours. Pendant des jours, tout le monde a critiqué le premier ministre, y compris son propre parti et la presse de droite, pour une politique contre le Coronavirus pleine d’erreurs et de contradictions. Downing Street avait désespérément besoin d’une bonne nouvelle à mettre sous le sapin de Noël et maintenant elle l’a. Le Brexit sera toujours un choc pour ce pays. Rapporter l’accord avec l’UE n’a pas été exactement aussi facile que d’avoir « le beurre et l’argent du beurre », selon l’expression optimiste utilisée par Boris Johnson lors de la campagne référendaire. Mais le feuilleton qui a commencé avec le vote de juin 2016 touche à sa fin en essayant de limiter les dégâts, en construisant une plateforme sur laquelle les liens futurs pourront être renforcés et en permettant à chacun, à Londres comme à Bruxelles, de tourner la page. Un pacte « historique », comme le commente à juste titre le journal City. Une sorte de happy end approprié au calendrier : Brexmas le 24 décembre, alors que Jingle Bells sonne dans l’air et qu’un monsieur costaud conduisant un traîneau dépose des cadeaux sous les sapins. Le rôle du Père Noël, cette année en Angleterre, est joué par Boris Johnson.

Les dernières actus

Le Mandalorian : qu’arrivera-t-il à Grogu ? Voici pourquoi son sort ne peut être scellé

La deuxième saison de The Mandalorian a donné un nouveau souffle à une franchise comme Star Wars qui semblait avoir du mal ces dernières...

GTA 6 : Rockstar travaille-t-il sur une nouvelle IA pour le prochain chapitre ?

Il semble que Rockstar Games ait déposé un brevet spécialement conçu pour la gestion de l'intelligence artificielle dans les futurs titres de la société,...

Earl Thomas The Famous NFL Player’s Life and Income

Earl Thomas est un joueur de football. Les Seahawks de la ville l'ont emmené dans la circulaire sous-jacente du repêchage de la NFL...

Le Mandalorian et le difficile défi des cascadeurs : Ryan Watson s’exprime

Dans les deux saisons de The Mandalorian, les fans de Star Wars ont été témoins de séquences d'action intenses, allant d'affrontements intimes au corps...

Une nouvelle série télévisée basée sur Oxenfree in Development

Dans une récente interview, Night School Studios a révélé que l'un de ses jeux vidéo les plus populaires, Oxenfree, allait devenir une adaptation de...

Memento, le film culte de Christopher Nolan a 20 ans

Sorti dans les salles italiennes le 19 janvier 2001, Memento est unanimement considéré comme l'un des moments forts de la carrière de réalisateur de...

Pour continuer

George Blake, le Britannique 007 qui a espionné pour Moscou, meurt à 98 ans

LONDRES - "Pour trahir, il faut appartenir et je n'ai jamais eu le sentiment d'appartenir à...

L’incendie d’une résidence à Detroit provoque la mort de deux enfants le jour de Noël

Detroit - Une mère a échappé à un incendie le matin de Noël après avoir sauté d'une fenêtre du deuxième étage avec un fils...

États-Unis, explosion dans le centre-ville de Nashville : « Acte intentionnel ». Médias locaux : des restes humains retrouvés

La ville de Nashville, dans le Tennessee, le cœur rural des États-Unis, a été réveillée à...

Un enregistrement avertissait qu’une bombe allait exploser dans le centre-ville de Nashville

Washington - L'explosion qui a secoué la ville américaine de Nashville vendredi dernier provenait d'un véhicule dont l'enregistrement indiquait qu'"une bombe allait exploser dans...

Coronavirus dans le monde, des États-Unis resserré sur les vols vers le Royaume-Uni : prélèvement négatif requis pour voyager

Les États-Unis exigeront un test Covid-19 négatif, dans les 72 heures suivant le départ, pour tous...

Los Angeles demande d’éviter les services religieux en salle pour Noël

Los Angeles - Le département de la santé du comté de Los Angeles a exhorté jeudi les habitants à éviter d'assister aux services religieux...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici