George Blake, le Britannique 007 qui a espionné pour Moscou, meurt à 98 ans

- Advertisement -spot_imgspot_img

LONDRES – « Pour trahir, il faut appartenir et je n’ai jamais eu le sentiment d’appartenir à la Grande-Bretagne ». Ce pourrait être l’épitaphe sur la tombe de George Blake, l’agent secret britannique qui a doublé l’URSS pendant dix ans. Sa mort à l’âge de 98 ans, annoncée ce matin à Moscou par le S.V.R., le service d’espionnage russe devenu l’héritier du KGB soviétique, clôt, en un certain sens, le chapitre des « guerres d’espionnage » qui ont marqué l’époque de la guerre froide.

Arrêté en 1961 à Londres et condamné à 42 ans de prison, un pour chaque 007 anglais qu’il a trahi et envoyé à la mort, selon ce que les journaux de l’époque ont écrit, en 1966 Blake a été le protagoniste d’une autre incroyable aventure, réussissant à s’échapper de prison, à traverser la Manche sur un ferry, caché dans un van, à franchir le rideau de fer entre les deux Allemagnes et à retrouver ses opérateurs soviétiques à Berlin-Est. Depuis, il vit en Russie, où il a reçu les plus hautes distinctions nationales, l’Ordre de Lénine et l’Ordre du drapeau rouge.

En s’enfuyant à Moscou, il laisse derrière lui une femme, qui a obtenu un divorce « par contumace », et trois enfants. Plus tard, il s’était remarié avec une citoyenne russe par laquelle il avait eu d’autres enfants, mais ces dernières années, il avait également pu rétablir le contact avec les enfants de son premier mariage. Sa déclaration selon laquelle il ne se sentait pas britannique avait un certain fondement : né en Hollande où il est resté jusqu’à l’âge de 13 ans, il a passé ses années de lycée en Égypte avec une tante après la mort de son père, un juif séfarade qui avait été naturalisé citoyen britannique, et ce n’est qu’après s’être inscrit à l’université de Cambridge qu’il a commencé à vivre en Angleterre.

Après avoir participé à la Seconde Guerre mondiale, il est entré dans le service diplomatique et, en partie grâce à sa connaissance des langues, dont le russe, a rapidement été enrôlé par le Mi6, le service d’espionnage du Royaume-Uni. Dans son autobiographie, écrite après avoir fait défection en Union soviétique, il raconte qu’il est devenu communiste pendant la guerre de Corée, lorsqu’il a été capturé par les Nord-Coréens ; il a été témoin du bombardement américain de villages de paysans pauvres. C’est alors que le KGB soviétique, ayant appris qu’un espion anglais était prisonnier des Nord-Coréens, le contacte et établit une collaboration fructueuse avec lui.

Libéré et accueilli en héros, Blake a continué à travailler pour le Mi6, fournissant clandestinement des informations aux Russes. Peut-être que les agents qu’il a révélés à Moscou n’avaient pas 42 ans comme les années de sa peine, mais ils étaient certainement nombreux. Entre autres choses, il a alerté les Russes sur l’existence d’une taupe dans leurs rangs, un agent qui était un agent double de la CIA, et a aidé la Stasi à découvrir un tunnel sous le mur de Berlin. Alors que le KGB essayait de le protéger, le Mi6 est devenu méfiant, l’a rappelé d’une mission au Liban et l’a arrêté. Étonnamment, lors de l’interrogatoire, Blake a fait des aveux complets, admettant avoir joué un double jeu pour les Soviétiques.

Après une audacieuse évasion de la prison de Wormwwod Scrubs à Londres, réussie grâce à deux complices derrière les barreaux à l’âge de 39 ans, il a pris la citoyenneté soviétique en URSS et a continué à travailler pour le KGB. Atteignant l’âge de la retraite, le gouvernement russe lui a donné une datcha à la périphérie de la capitale, où il a vécu jusqu’à sa mort avec sa femme. À Moscou, il fréquentait deux autres célèbres espions britanniques qui jouaient un double jeu pour les Soviétiques, Kim Philby et Donald Maclean, qui ont également fui au-delà du rideau après avoir été découverts, mais il ne faisait pas partie des « Cambridge Five », les cinq étudiants de la prestigieuse université qui avaient rejoint les rangs du communisme. Et contrairement à Philby et Maclean, ses biographes ajoutent qu’en Russie, il ne s’est pas perdu dans l’alcoolisme, parvenant à avoir une existence assez normale et, pour autant que nous le sachions, heureuse.

Il a souffert de l’effondrement du communisme, auquel il était toujours resté fidèle, mais il a dit : « Je suis maintenant presque aveugle et je ne vois pas ce qui peut m’attrister ». Comme Philby et les autres à Cambridge, son histoire a inspiré de nombreux films et romans. La question de savoir si George Blake n’avait pas vraiment le sentiment d' »appartenir à la Grande-Bretagne » reste un mystère : c’est lui qui l’a soutenu publiquement, mais un espion – comme on le sait – ne dit jamais la vérité jusqu’au bout. Parfois, même pas à lui-même.

Les dernières actus

Pour continuer

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici