Le trou d’ozone de cette année est plus grand que l’Amérique du Nord

Le trou dans la couche d’ozone au-dessus de l’Antarctique a atteint une amplitude maximale le 7 octobre, ce qui en fait le 13e plus grand jamais enregistré depuis 1979, ont rapporté aujourd’hui, mercredi, des scientifiques de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) et de la National Aeronautics and Space Administration (NASA).

Cet événement atmosphérique, qui se produit au pôle sud de la planète Terre, s’est déroulé, selon les scientifiques, de manière similaire à l’année dernière : il a été déclenché par une période hivernale plus froide que la moyenne dans l’hémisphère sud.

Le rapport des agences indique que le trou persistera jusqu’à début décembre environ.

Selon les observations satellitaires de la NASA, le trou d’ozone a atteint cette année un pic de 24,8 millions de kilomètres carrés (9,6 millions de miles carrés).

C’est légèrement plus que la taille de l’Amérique du Nord, qui est de 24,7 kilomètres carrés.

Auparavant, le 13e trou d’ozone le plus répandu (par ordre de taille) était celui de 1999, qui mesurait 23,3 kilomètres carrés (km2), selon la NASA.

« Il s’agit d’un grand trou dans la couche d’ozone dû à des conditions stratosphériques plus froides que la moyenne en 2021. Sans un lien externe avec le protocole de Montréal, il aurait été beaucoup plus important », a déclaré Paul Newman, responsable scientifique des sciences de la terre au Goddard Space Flight Center de la NASA.

Le protocole de Montréal est un accord mondial qui oblige les pays à éliminer progressivement les produits chimiques qui appauvrissent ou limitent la couche d’ozone qui protège la Terre des rayons ultraviolets du soleil.

Le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) a signé l’accord en 1987 et il est entré en vigueur en 1989. Depuis lors, le trou dans la couche d’ozone s’est poursuivi, mais les scientifiques ont prévenu qu’il faudra du temps pour voir une réduction considérable des produits chimiques et donc un trou plus petit.

En bref, le trou dans la couche d’ozone est une réduction de la couche d’ozone dans la stratosphère (la couche supérieure de l’atmosphère) qui protège la planète des rayons ultraviolets du soleil, principale raison du réchauffement de la planète, qui provoque le changement climatique.

Les scientifiques et les experts en sciences atmosphériques ont expliqué que la réduction de l’ozone dans la stratosphère est le résultat de la présence de quantités élevées de chlore et de brome dans l’environnement, conséquence des activités humaines.

Ces composés chimiques se combinent et provoquent des réactions dans l’hémisphère sud dès que le soleil se lève sur l’Antarctique, à la fin de l’hiver au pôle Sud.

La NOAA a noté que, bien que le trou d’ozone de cette année soit plus important que la moyenne, il s’est avéré « sensiblement » plus petit que ceux mesurés à la fin des années 1990 et au début des années 2000.

Les dernières actus

Pour continuer

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici