campagne de don 2020 adoxa financement aide soutien actif soutenir presse alternative reinformation independant journalisme

Adoxa infos

L'essentiel de l'info

Coronavirus : plus de 1000 cas en Iran

Epidémie de coronavirus dans les prisons iraniennes, notamment à Fashafouieh, Gohardacht, Ghezel-Hesar, la centrale de Karadj, Oroumieh, Shiban-Ahvaz et Kachan

Appel à une action internationale immédiate pour sauver la vie des prisonniers

Plusieurs militants de l’OMPI, membres des unités de résistance, sont également morts du coronavirus pour avoir aidé des malades

La principale force de l’opposition iranienne, Moudjahidines du peuple d’Iran (OMPI /MEK) a annoncé le lundi 2 mars 2020 qu’à 20 h, heure locale, le nombre de décès causés par le coronavirus dans tout le pays avait dépassé les 1000. Quelque 300 victimes à Qom, 209 à Téhéran, 61 à Ispahan, 92 dans la province de Guilan, 58 dans celle de Golestan, 48 dans celle de Markazi, 45 dans celle de Kermanchah, 37 dans celle de Fars et plus de 100 dans celle de Mazandaran ont perdu la vie.

En outre, dans de nombreuses autres villes, notamment Bouchehr, Zanjan, Khorramdareh, Iranshahr, Saqqez, Baneh, Chaypareh, Oroumieh, Ilam, Samaleh, Salehshahr, Mahshahr, Ahvaz, Andimeshk, Sarbandar, Tabriz, Bonab, Yassouj, Khorramabad, Malayer, Hamedan, Nichapour, Kashmar, Machad, Karadj, Sorkheh-Hessar, Semnan, Shahroud, Yazd, Qazvin et Bandar Abbas, plusieurs personnes sont également décédées. Un certain nombre de militants des Moudjahidines du peuple (OMPI/MEK) et de membres d’unités de résistance, qui avaient aidé des compatriotes contaminés, figurent parmi les victimes.

Les ressources et les équipements médicaux préventifs sont essentiellement en possession des gardiens de la révolution (pasdaran) et des responsables du régime. Les patients ordinaires sont privés de nombreux éléments de base, tels que les masques et les liquides désinfectants. Le stockage des masques et autres équipements médicaux et leur vente au marché noir par les pasdarans et d’autres organes gouvernementaux sont désormais une routine. Les responsables du régime et les médias officiels ont reconnu que ces équipements sont parfois vendus à dix fois le prix réel.

De nombreux rapports provenant de diverses prisons du pays indiquent que le virus s’est propagé dans les prisons du Grand Téhéran (Fashafouyeh), Gohardacht, Ghezel-Hessar, la centrale de Karadj, Oroumieh, Shiban d’Ahvaz et Kachan. Le surpeuplement des prisons et le manque d’hygiène ont accéléré la propagation du virus. Les prisonniers sont privés de masques et de désinfectant. Dans certaines prisons, comme celle de Ghezel-Hessar, même le savon et le détergent ne sont pas disponibles. Le prisonnier politique du couloir de la mort Amir-Hossein Moradi, l’un des manifestants arrêtés lors du soulèvement de novembre, fait partie des personnes infectées par le virus. Deux prisonniers politiques infectés dans la prison de Shiban d’Ahvaz ont également été mis en quarantaine, et aucune information n’est disponible sur leur situation.

Mme Maryam Radjavi, le leader de la Résistance iranienne , a de nouveau exprimé son inquiétude face à la propagation du coronavirus dans les prisons iraniennes et a appelé le Secrétaire général des Nations unies, la Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, le Conseil des droits de l’homme et les autres organisations internationales des droits humains à prendre des mesures urgentes pour sauver la vie des prisonniers et empêcher une catastrophe humanitaire majeure.

Mme Radjavi a noté que le régime s’est engagé dans une opération de dissimulation et de tromperie pour tenter de contrer la colère et le soulèvement du peuple iranien. Les Iraniens reprochent aux mollahs d’être les seuls responsables de la propagation du Coronavirus. Elle a réitéré la nécessité de faire preuve d’indignation et d’organiser des manifestations et des grèves partout où c’est possible. Elle a souligné que les installations médicales et de soins de santé devaient être retirées du monopole des pasdarans et mis à la disposition des médecins, des hôpitaux et de la population.

Image par iXimus de Pixabay

One thought on “Coronavirus : plus de 1000 cas en Iran

  1. Difficile de critiquer sur la contamination en elle-même …
    Je me demande combien de cas existants et non-diagnostiqués se promènent en France …

    Je remarque à la vue de la carte, que le virus a sauté les frontières de la logique, énorme infection en Iran (bizarre quand même) infections en Italie malpensante et quasiment rien du tout entre l’Europe et la Chine.

    C’est pas logique, la diaspora Chinoise en pleine fête de nouvel an Chinois est fortement implantée en Indonésie (7 millions) Malaisie (7 millions) Thaïlande (7 millions) Vietnam (2 millions) etc…
    Alors on me parlera de température ambiante pour justifier cette curiosité, hors température ambiante ou pas la transmission d’homme à homme continue ! (ce qui n’apparaît pas dans les chiffres)

    Il y a quelque chose de vraiment pas logique du tout dans cette affaire …

Laisser un commentaire

la france puissance musulmane livre remigration islamisation islam probleme anticipation analyse connaissance gregory roose maurice landrieux

Adoxa est un média SANS PUBLICITE qui ne reçoit aucune subvention.

Pour continuer, nous avons besoin de votre soutien. Merci !