La France interdite de Laurent Obertone, chez Ring éditions
Société

L’art de la victimisation

l-art-de-la-victimisation-aletheia-infos
Dans les combats que l’idéologie audacieuse et sans scrupule du communautarisme mène contre la raison et nos libertés, s’il y a bien une arme à craindre c’est celle de la victimisation. 
Chaque jour qui passe nous en offre un nouvel exemple. Cet amoncellement de « témoignages » porte en gestation une stratégie pernicieuse. 
Il est intéressant d’analyser, strate par strate, comment s’ordonne ce combat. Comment procède celui ou celle qui prétend être « victime » ?
Toute la puissance de cette spécifique fomentation réside dans le fait principal qu’on ne peut pas douter du statut de « victime » qui, par essence, est intouchable. 
En préalable, pour atteindre cette position, il est indispensable que le « victimisé » se drape dans une fragilité évidente, cette fragilité que la naïveté accorde, par exemple, aux enfants, aux femmes ou aux vieillards. Pour parfaire son déguisement le « victimisé » accroche à sa fausse vulnérabilité, un ersatz d’innocence, une touche d’ingénuité, un soupçon de crédulité, une once de candeur. Ces breloques légitimeront le fait qu’aucune stratégie finement élaborée ne l’a volontairement placé dans la gueule du loup. 
C’est là que réside tout l’art de la mise en scène que développe habilement le « victimisé ». Alors que son portrait se construit avec des traits grossiers et sombres qui devraient le réduire à une caricature obscène, il apparaît comme un doux pastel estompé aux teintes angéliques et lumineuses. 
Pour compléter l’arsenal de ses moyens, la victime aura pris soin d’instiller une juste proportion d’images de son « enfer ». Point trop n’en faut. Le dosage est savant et, surtout, il faut absolument que les instants captés par l’objectif respirent la sincérité du « pris sur le vif ». Le son se fera chevrotant, l’image un peu floue et mal cadrée, la vidéo tremblotante. Ce sont ces critères qui authentifieront le document et lui donneront sa qualité de preuve. On notera que le monde médiatique, professionnel ou amateur, est friand de ce matériau prêt à consommer surtout quand il conforte ses partis pris. 
Un commentaire spécifique, aux relents de propagande, accompagnera la démarche. Les mots suivent une mode et sur le podium de l’information orientée défileront toujours les mêmes termes qui, malgré leur exagération, auront valeur de vérité révélée. Nous serons gavés de « stigmatisation », de « xénophobie », de « racisme », de « rejet de l’autre ». La cerise sur le gâteau prendra alors la forme de la phrase convenue et délavée comme un torchon : « les heures sombres de notre Histoire ». 
Cette armure construite, le « victimisé » se saisit de la puissante rigidité des lois qui l’autoriseront à progresser et à atteindre ses objectifs. Suivant l’instant ou l’occasion, il fait du code son glaive ou son bouclier. Il exige de la loi un blanc-seing qui l’immunisera totalement. Il devient alors un modèle, une norme, une référence. Cela contraint même ceux qui ne contestent pas son état. Qui n’est pas contre lui est forcément avec lui. Il oblige à un clivage qui traduit tout silence comme une approbation sans réserve. Le « victimisé  » fait porter à son crédit la moindre immobilité en affirmant que la masse se meut vers lui et pour lui. 
Ainsi, un excellent « victimisé » verrouille toute tentative pouvant démasquer sa véritable nature de prédateur. Son environnement devient une sorte de sables mouvants où ceux qui s’y aventurent, dans le but d’apporter leur part de vérité, s’enlisent. Chaque fois qu’ils tenteront de le démasquer, ils s’enfonceront davantage. Les remous de leurs actions transformeront l’assaillant en victime. Ce stade atteint, comme toute réplique devient contestable et suspecte, la voix du « victimisé » portera bien au-delà de l’horizon fixé par le raisonnement et la sagesse. Le but est atteint. 
Pierre Gourdans


Politique, Écologie, Collapsologie, Identité, Islam, Société

Directeur de la publication d’Adoxa ● Libéral-conservatisme | Identité | Résilience territoriale. 

                                                                      

                                                                                 Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Adoxa est un nouveau média d’information généraliste. Pour vous proposer un contenu de qualité et régulièrement mis à jour, vos dons nous sont essentiels. Si notre ligne éditoriale et nos publications vous plaisent, n’hésitez pas à nous soutenir!

Soutenir aDOxa infos

La France interdite de Laurent Obertone, chez Ring éditions

Poster un Commentaire

avatar
500
  S’abonner  
Notifier de