La France interdite de Laurent Obertone, chez Ring éditions
Immigration

Migrants : la police espagnole face aux risques de maladies mortelles

La police espagnole a préparé une liste de recommandations pour les agents en charge du contrôle et de l’accueil des migrants. Cette liste évoque les risques de contamination par l’hépatite B et C, le VIH, la tuberculose et la gale.

Le Service de Prévention des Risques Professionnels de la Police espagnole a envoyé une circulaire aux agents en contact avec les immigrés venus d’Afrique sur le risque de contagion et, entre autres conseils, leur recommande fortement de se faire vacciner contre l’hépatite B.

Dans cette circulaire, une étude réalisée en 2017 par la Croix-Rouge aux Îles Canaries sur un total de 702 personnes arrivées par bateau sur la côte montre que si 82% des migrants ne montraient pas de signe de maladies, plus de 15% avaient contracté une hépatite B, 1,28% avaient le VIH et 0,71% avaient une hépatite C ; un cas de tuberculose avait été détecté, mais la prévalence était minime.

Avec cette radiographie représentative, la police a préparé une liste de recommandations pour les agents qui traitent directement avec les migrants arrivant par voie maritime sur les côtes espagnoles ou qui passent par la frontière entre le Maroc et Ceuta, parfois violemment en agressant physiquement les agents chargés de garder les frontières.

⭕ 100 subsahariens haineux attaquent la frontière espagnole à l’acide.

L’un d’eux a hurlé « on est des militaires ».

Demain, ils viendront avec des armes de guerre. Ça n’est qu’une question de temps. pic.twitter.com/ndjGLn1NiQ

— Grégory ROOSE (@gregoryroose) 22 août 2018

.
La circulaire cite également la gale car, bien qu’aucun cas n’ait été détecté, l’unité estime nécessaire de rappeler ses dangers pour « réduire au maximum la psychose » dont peuvent être victimes ses agents : « C’est un parasite qui infecte la couche la plus superficielle de la peau » et peut provoquer des éruptions cutanées, des irritations et beaucoup de démangeaisons. Elle nécessite un contact prolongé, bien que, exceptionnellement, elle puisse être trouvée dans des vêtements ou des couvertures. Il est donc conseillé aux agents « d’éviter de se frotter » avec des vêtements ayant été utilisés par les migrants.

En ce qui concerne la fouille, l’équipe de prévention conseille aux agents de ne pas vider les poches des immigrés « en leur introduisant la main », mais de « vider le contenu sur certaines surfaces pour leur inspection ultérieure. » Enfin, elle recommande également de se laver les mains avant de « quitter le travail, de manger ou de fumer une cigarette. »

Politique, Écologie, Collapsologie, Identité, Islam, Société

Directeur de la publication d’Adoxa ● Libéral-conservatisme | Identité | Résilience territoriale. 

                                                                      

                                                                                 Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Adoxa est un nouveau média d’information généraliste. Pour vous proposer un contenu de qualité et régulièrement mis à jour, vos dons nous sont essentiels. Si notre ligne éditoriale et nos publications vous plaisent, n’hésitez pas à nous soutenir!

Soutenir aDOxa infos

La France interdite de Laurent Obertone, chez Ring éditions

Poster un Commentaire

avatar
500
  S’abonner  
Notifier de