campagne de don 2020 adoxa financement aide soutien actif soutenir presse alternative reinformation independant journalisme

Adoxa infos

L'essentiel de l'info

« Votre politique d’immigration a le coût du sang » interpelle Stéphane Ravier

Adoxa vous propose la retranscription intégrale du discours du Sénateur Stéphane Ravier prononcé il y a quelques mois déjà, le 9 octobre 2019 à la tribune du Sénat, mais qui a une portée historique. Dans cette intervention sans concession, il pourfend violemment les promoteurs de l’immigration. Alors que les victimes du terrorisme islamistes extra-européens se comptent par centaines depuis 2015, le sénateur du Rassemblement national a rappelé aux responsables politiques que, s’ils s’obstinaient dans leur folie, ils seraient maudits par les Français. Comment ne pas penser au fameux discours d’Enoch Powell, « Des fleuves de sang » en écoutant Stéphane Ravier ?

Retranscription proposée par Julien Vaslier

Monsieur le Président, Mesdames et messieurs les Ministres, Mes chers collègues,

« L’immigration est une chance pour la France. »

Telle est depuis une trentaine d’années la devise, sinon de la République, du moins d’une classe politique qui a tout renié, jusqu’à laisser mourir l’identité du peuple français.

Regroupement familial, effacement des frontières, discrimination positive à l’embauche, assistanat social, droit d’asile, faux mineurs mais vrais clandestins majeurs, vous avez créé toutes les conditions d’une véritable submersion migratoire.

Alors l’immigration est une chance, mais pour qui ? Assurément pas pour nos compatriotes. Pour une caste politique, elle a permis de sauver quelques élections grâce à ces nouveaux Français. Pour d’autres, elle a permis de recevoir des subventions publiques et d’affréter des bateaux pour emmener des clandestins des côtes libyennes jusqu’en Europe.

Les chiffres sont éloquents : en 2016, seuls 7 % des étrangers qui se sont installés chez nous étaient munis d’un contrat d’embauche. L’immigration n’est plus, et depuis longtemps, une immigration de travail mais une immigration de peuplement pour assistés sociaux. Pour nos compatriotes, la facture est exorbitante[1].

Je vous le dis solennellement, mes chers collègues, je ne crois pas à la théorie du grand remplacement. En revanche, je suis convaincu de sa réalité.

Je n’évoquerai pas, moi, le bruit et et les odeurs si chers au Président disparu [2], mais ces zones qui se comptent par centaines à travers le pays, qui sont devenues des enclaves étrangères, des zones de non-France où la haine de tout ce qui est français se répand comme une traînée de poudre.

Nos lois, notre culture, notre identité, notre savoir-vivre, notre savoir-être, nos libertés, celles des femmes en particulier, comme les libertés sexuelles et religieuses, sont rejetés, combattus pour être elles aussi remplacés sous les coups d’un communautarisme islamiste militant.

L’idéologie du vivre-ensemble s’écroule sous le poids de la réalité d’une immigration chaque jour plus violente et conquérante et met en danger notre unité nationale et républicaine.

Seuls ceux qui en ont les moyens en réchappent – et parmi ceux-là, vous tous ou presque, mes chers collègues. Car si la classe politique est favorable au vivre-ensemble, elle ne s’inflige pas le vivre-avec. L’immigration, c’est comme les éoliennes. Ceux qui en défendent l’installation refusent d’en voir à côté de chez eux.

Votre politique d’immigration, mes chers collègues, a aussi le coût du sang. Du Bataclan à Nice, de Laura à Mauranne, à Timothy ou à Théo, c’est notre jeunesse qui est sacrifiée sur l’autel d’une idéologie destructrice.

Sur le plan social, la politique d’immigration relève de la provocation. Alors que chaque jour de nouveaux sacrifices sont exigés des Français, l’immigration continue d’être un tonneau des Danaïdes. Le coût de l’AME qui bénéficie aux seuls clandestins est passé de 400 millions il y a quinze ans à 1 milliard d’euros aujourd’hui.

Les Français ne s’y trompent plus ou plutôt vous ne les trompez plus. Ils sont majoritaires à refuser ce suicide national. Les Français en ont marre, les Français en ont assez.

Quarante ans qu’ils se poussent, qu’ils consentent des sacrifices, qu’ils accueillent l’autre et qu’ont-ils obtenu en retour ? Le développement d’un insupportable racisme anti-Français, anti-blanc, anti-chrétien.

Nos compatriotes refusent la submersion et de devenir des étrangers dans leur propre pays ? Alors vous menacez, vous censurez et vous traînez devant les tribunaux ces résistants qui refusent de collaborer.

Comment pouvez-vous avoir les yeux aussi grand fermés devant ce phénomène unique dans l’histoire de l’humanité et des nations, celui de l’explosion démographique mondiale ?

Loin d’en prendre conscience et fidèle à son « en même temps », Emmanuel Macron parcourt l’Europe pour sanctionner les pays qui refusent les quotas de migrants et il s’apprête à faire de Marseille un port d’accueil pour les clandestins de la Méditerranée. Marseille qui subit déjà une situation migratoire sociale et sécuritaire explosive.

Une provocation que je continuerai à dénoncer même si ça doit me coûter une mise en examen, comme c’est le cas aujourd’hui car dans ce beau pays de France, un parlementaire qui dénonce un trafic d’êtres humains se retrouve devant les tribunaux.

Face à ce danger mortel qui menace notre nation et l’Europe de Charlemagne, de Charles Martel, de Charles Quint, personne ne nous fera taire.

Mais nous attendons bien autre chose que de ce faux débat.

Les seules questions qui devraient vous animer sont celles-là : Avons-nous, nous Français, le droit de vivre en France selon nos traditions et notre identité ? Avons-nous le droit de rester ce que nous sommes et de transmettre à nos enfants ce que nous avons reçu de nos parents ? Avons-nous le droit de demeurer français dans une France française ?

Nous connaissons la réponse et le sursaut national ne peut donc venir d’aucun d’entre vous.

Aussi, pour toutes les victimes de votre folle politique d’#immigration, pour les victimes sociales, économiques et identitaires, pour toutes ces familles dont la vie a été détruite sous les coups de l’immigration sauvage, je vous demande, mes chers collègues de droite comme de gauche, car vous êtes tous responsables de ce désastre, je vous demande de vous excuser !

– Excusez-vous pour avoir menti !

– Excusez-vous pour avoir trahi !

– Excusez-vous en instaurant la préférence nationale dans tous les domaines !

– Excusez-vous en rétablissant nos frontières !

– Excusez vous avec des quotas non pas d’immigration, mais des quotas d’expulsion !

– Excusez-vous en inversant le courant de l’immigration !

Si vous refusez, si vous ne renoncez pas à votre idéologie mortifère, bien avant la postérité, c’est la France qui vous maudira.

Stéphane RAVIER, candidat à la mairie de Marseille pour les municipales 2020.

2 thoughts on “« Votre politique d’immigration a le coût du sang » interpelle Stéphane Ravier

  1. Merci Monsieur Ravier pour votre courage et votre vision réaliste de ce que souffre le peuple de France.
    oui, nous souffrons de cette politique assassine.
    Nous n’en pouvons plus et savons que nous ne pouvons rien dire sous peine d’être trainer devant les tribunaux…
    Oui, nos politiques sont des traitres et devront répondre du malheur qu’ils auront causé.
    Oui, nos politiques ont fait alliance avec le diable et nous ont sacrifiés sur l’hôtel de l’argent.
    Oui, nos politiques sont des lâches et ont peur. Ils pensent qu’un jour tout se calmera, mais non, nous aurons la guerre et en plus le déshonneur de la lâcheté! Il est loin le temps où nos politiques étaient de vrais hommes de convictions et de courage! Nous avons affaire à un petit poltron en couche culotte qui est prêt à se terrer dans son bunker lorsque quelques gilets jaunes s’approchent de l’Elysée! Quel pleutre! J’ai honte de ce président, qui en plus, ne cesse de donner des leçons aux autres pays!
    Un grand merci Monsieur RAVIER.

  2. Merci Monsieur Ravier !
    puissent les français prendre très prochainement conscience de ce qui se joue en France et en Europe car, si l’on en croit certaines statistiques, le seuil de 16% est fatidique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

journal-censure-reseaux-sociaux-facebook-twitter-avia-haine-coq-enchainé-gregory-roose-journal-mensuel-telecharger-gratuit

Adoxa est un média SANS PUBLICITE qui ne reçoit aucune subvention.

Pour continuer, nous avons besoin de votre soutien !