Pourquoi les Allemands aiment-ils tant le sexe ?

- Advertisement -

Berlin, l’été. Le quartier bourgeois de Charlottenburg. Les boulevards de la Spree. Les retraités s’échauffent sur les bancs. Sur la pelouse, juste à côté d’un chemin très fréquenté, un couple copule ; son cul nu se déplace de façon rythmée entre ses jambes. Un bateau touristique passe, les passagers applaudissent.

Le développement sexuel de l’Allemagne
En Allemagne, les rapports sexuels dans les lieux publics sont autorisés. Cependant, il faut être discret ; par exemple, les parties génitales ne doivent pas être montrées. Si quelqu’un va se plaindre à la police, les amants risquent jusqu’à un an de prison. Très souvent, cela se termine par une amende. Mais en tout cas, le couple sur le Spree n’a choqué personne. Ils ont terminé et se sont séparés.

Pour ceux qui viennent de Pologne, une telle scène est assez choquante. Sans parler des dizaines de clubs de sexe berlinois où des milliers de personnes s’adonnent au sexe en groupe, des nudistes qui prennent le soleil au centre, de l’égalité du mariage pour les homosexuels, de la prostitution reconnue comme une profession régulière, avec couverture d’assurance, droits à pension et fiscalité.

Pourquoi l’Allemagne est-elle si libre en matière de costumes ? J’ai demandé à Laura Méritt, une féministe du sexe positif, propriétaire du plus ancien sex shop d’Europe réservé aux femmes, co-fondatrice du mouvement PorYes, orienté vers la promotion de la pornographie féministe. Laura dirige également des séminaires sur divers sujets, par exemple sur le massage de la vulve et l’éjaculation féminine. « Je ne pense pas que les Allemands soient particulièrement libres en ce qui concerne la sexualité. Au contraire, de ce point de vue, ils me semblent trop peu queer, trop peu de genre. Pensons, par exemple, aux clichés très courants selon lesquels un homme doit toujours être actif, avoir une érection, que les rapports sexuels sans utilisation du pénis, sans pénétration, sont en quelque sorte pires, etc. L’Allemagne n’est pas un pays particulièrement libre d’un point de vue sexuel, mais elle est certainement en train de se développer.

Cette sexualité allemande n’est peut-être pas encore très bizarre, mais si l’on y regarde de plus près, la rupture des tabous sexuels en Allemagne a commencé il y a 400 ans.

Le théologien allemand Martin Luther refuse d’obéir à l’Église catholique, ce qui marque le début de la Réforme du XVIe siècle. Lorsque l’Église catholique romaine croyait que le sexe était l’œuvre du diable, Luther y voyait un élément important de l’union entre l’homme et la femme. Évidemment, seulement dans le contexte du mariage : « Il ne peut y avoir d’impureté dans le mariage précisément à cause de son institution, de sa tâche et de sa dignité, pour tout ce qui est bon », a-t-il déclaré. Il a écrit lors d’un voyage à sa femme Catherine : « Si Dieu le veut, j’atteindrai Wittenberg avant le gel de l’hiver et je voudrais vous rejoindre avec tant de force jusqu’à ce que vous vous écrasiez ».

L’éthique sexuelle ecclésiastique a en effet été bouleversée avec l’abolition du célibat et l’introduction du nouveau rôle des femmes en tant qu’épouses de pasteurs. Les prêtres réformés, comme Luther lui-même, se sont mariés, mélangeant ainsi le sacré et le profane ; la nuit ils faisaient l’amour avec leurs femmes, le jour ils célébraient la messe. Aujourd’hui, certaines Églises protestantes sont encore plus conservatrices que l’Église catholique elle-même, mais beaucoup admettent la prêtrise féminine et célèbrent des mariages homosexuels.
Luther avait cependant un côté sombre : il était profondément convaincu que les sorcières devaient être brûlées sur le bûcher.

Pour l’avènement d’une véritable révolution sexuelle, l’Allemagne – comme tout le monde occidental – a dû attendre jusqu’en 1968. Mais avant cela, il y a eu des événements et des personnes auxquels la révolte de 1968 a pu se référer.

L’Einstein du sexe
Dans les années 1920, Berlin était considérée comme la ville la plus pécheresse d’Europe. Après les atrocités de la Première Guerre mondiale, les gens avaient faim de vie. Des danseurs à moitié nus arpentent les scènes des théâtres de magazines et des cabarets. Les fêtes se terminaient souvent par des orgies. Les gays, les lesbiennes et les transsexuels avaient leurs clubs et leurs cafés. On estime qu’ils étaient environ deux cents, donc peut-être plus qu’aujourd’hui, bien que les relations homosexuelles masculines étaient punies par la prison. Quelques décennies plus tard, l’écrivain Christopher Isherwood a rappelé cette période licencieuse comme suit : « À Berlin, il ne suffisait pas de vouloir faire l’amour, il fallait se spécialiser. Et au cas où vous ne pourriez pas vous décider, il y avait l’Institut de recherche sexuelle, où vous pouviez étudier les photos d’hermaphrodites, les instruments de torture des sadiques, les dessins fantaisistes de nymphomanes, les sous-vêtements féminins portés par les officiers en uniforme et bien d’autres choses merveilleuses. Le directeur de l’Institut, un vieux professeur très respecté avec une attitude strictement scientifique, a semblé un peu déçu que je n’aie pas montré de préférence particulière. Il m’a regardé avec un air de reproche à travers les verres épais de ses lunettes, a passé ses doigts dans mes cheveux blonds sales et a finalement diagnostiqué mon cas comme étant enfantin ».

Le professeur en question, Magnus Hirschfeld, a fondé l’institut en 1919, rejetant le modèle binaire de la sexualité humaine il y a cent ans. Il pensait qu’il y avait des étapes intermédiaires entre la masculinité et la féminité. Sa théorie sera plus tard développée par Alfred Kinsey, qui, au tournant des années 1940 et 1950, étudie la sexualité des Américains et crée une échelle à six points sur l’orientation psychosexuelle de l’homme. Les médias américains ont surnommé Hirschfeld le « Einstein du sexe ». Juif et homosexuel allemand, il peut être considéré comme le père de la sexologie mondiale. L’Institut de recherche sur la sexualité a été l’une des premières institutions à être liquidée par Hitler après son accession au pouvoir.
Le Troisième Reich avait une attitude très particulière à l’égard de la sexualité. La propagande nazie est allée jusqu’à encourager les relations extraconjugales, à condition qu’elles soient « saines » et visent la procréation d’une progéniture aryenne. Au sein du Reichsarbeitsdienst (RAD), le corps auxiliaire nazi créé en 1934, les contacts sexuels entre les jeunes femmes et les militaires sont encouragés ; des préservatifs sont généreusement distribués aux soldats. Mais seulement dans le cadre du sexe « racial » légitime ; les rapports sexuels avec une « race inappropriée », ou avec des personnes du même sexe, étaient strictement interdits. Les homosexuels et les transsexuels ont été parmi les premiers groupes à se retrouver dans des camps de concentration.

Aujourd’hui, des centaines de milliers de personnes du monde entier se retrouvent pour la parade annuelle du Christopher Street Day. Lors de la dernière édition avant la pandémie, en 2019, à l’occasion du centenaire de la fondation de l’Institut Hirschfeld, plus d’un million de personnes ont défilé dans les rues de Berlin. Célèbre est aussi le fétiche Folsom Europe, le festival gay et lesbien du quartier de Schöneberg, où les clubs arc-en-ciel, les boîtes de nuit et les sex-shops abondent. En septembre, les rues autour de la Nollendorfplatz sont remplies de personnes à moitié nues portant du cuir, du latex, des masques, des colliers et des harnais.
Homo, hétéro, bisexuel, transgenre, queer : à Berlin, tout le monde se sent chez soi. Y compris les adeptes du « kink », c’est-à-dire des pratiques sexuelles non conventionnelles. Vous pouvez choisir parmi des dizaines de clubs de sexe où, en plus de la danse, vous pouvez faire l’amour, y compris avec des étrangers, lors de fêtes fétichistes entre peau, latex, pisse. Il existe des clubs échangistes, des maisons closes, des séminaires où vous pouvez vous essayer à des pratiques de soumission et de domination. L’Internet regorge de revendications concernant les ateliers de sexe tantrique, le bondage ou les cours de massage intime.

Le plus ancien club de Berlin, le KitKat, est ouvert aux personnes de tous âges, à partir de 18 ans. C’est peut-être l’aspect le plus particulier de la scène sexuelle berlinoise : elle est animée non seulement par des jeunes, beaux et athlétiques, mais aussi par des personnes d’âge moyen ou même des représentants de la génération de 68, aujourd’hui septuagénaire. Chez KitKat, il existe un code vestimentaire spécifique : l’aspect érotique ne doit pas être négligé lors de l’habillage. Exposer des parties de son propre corps est quelque chose de bien vu. L’intérieur du club est un peu vieillot, rappelant une discothèque des années 80. Certaines personnes dansent, d’autres utilisent les nombreux coins et ravins pour faire l’amour en groupes plus ou moins importants. Si vous voulez, vous pouvez simplement regarder. En 2019, le propriétaire de l’immeuble a annulé le contrat de location avec KitKat. Cela a suscité l’inquiétude du Sénat de Berlin, qui considère le club comme l’une des principales attractions touristiques de la capitale. Christian Goiny, un politicien du parti de droite CDU (Union chrétienne-démocrate d’Allemagne) a invité la ville à trouver un autre site attractif pour le sex club bien mérité avec des « conditions de location favorables et à long terme ». Et le département de la culture du Sénat a déclaré que « KitKat et le Sage Club (un autre club qui risque de devoir quitter son siège historique) sont des icônes de la culture des clubs berlinois que nous voulons soutenir ».

En plus du KitKat, désormais considéré comme un classique, d’autres sex-clubs berlinois célèbres sont Insomnia, CarneBall Bizzare, Gegen, Apokalipstick, House of the Red Doors, Pornceptual, Polymotion. Sans oublier le Berghain, un célèbre club techno ouvert aux chercheurs de nouvelles impressions sexuelles. Il peut accueillir jusqu’à 2 000 personnes. Mais avant de pouvoir passer la sélection, vous devez faire votre part d’heures dans la file d’attente.
« A l’entrée, on ne regarde pas qui est habillé comme ça, la plupart des gens se changent ou se déshabillent une fois à l’intérieur », explique Thomas, un habitué du club. « Dans les vestiaires, il y a beaucoup de gens nus et à moitié nus, comme dans un vestiaire de la piscine, il n’y a pas de gêne. Il n’y a pas non plus de code vestimentaire particulier, bien que de nombreux clients aiment le fétichisme. Une fois, il y avait un couple S&M, il était l’esclave, elle le tourmentait tout le temps, elle le faisait marcher à genoux, même dans les escaliers, on voyait la douleur sur son visage, j’avais pitié de lui. Ensuite, je pense qu’ils ont rompu. Il a commencé à venir de lui-même, à boire. Il essayait de trouver un nouveau dominant, il s’approchait des filles, s’allongeait sur le sol, embrassait leurs chaussures. Un autre habitué est un homme qui passe toute la soirée assis dans la salle de bains près des urinoirs. Quand il aime un mec, il lui demande poliment de lui pisser dans la bouche. Il est toujours là, comme un meuble. Une fois, on ne l’a plus jamais revu et tout le monde s’est demandé ce qui lui était arrivé ».

L’obligation matrimoniale des rapports sexuels
Ils parlent de Berlin comme du « bordel de l’Europe » ; dans la ville, on trouve des choses qu’on ne trouve nulle part ailleurs dans le monde, peut-être seulement au Japon (où le pornokaraoke est le plus répandu). Dans un club du quartier de Prenzlauer Berg, des films pornographiques de mauvaise qualité datant des années 1970 sont projetés sans son. Le public, qui est généralement féminin, improvise un dialogue entre gémissements et gémissements.

Depuis 2006, l’un des nombreux événements culturels est le Pornfilmfestival consacré à la pornographie indépendante et alternative où la pornographie s’entremêle à la politique, au féminisme et à l’écologie. Depuis 2009, le prix féministe PorYes est décerné aux meilleurs réalisateurs de films pornographiques destinés à un public féminin. Chaque année, la foire érotique internationale Venus Berlin a lieu à Berlin. Sur une surface de plus de deux hectares, environ 250 exposants de 40 pays sont présentés.

Et dire que jusqu’en 1973, il y avait ce qu’on appelait le Kuppelparagraph, le paragraphe pour le lénocinium. Elle punissait non seulement les lenoni mais aussi les hôteliers qui louaient une chambre à un couple non marié. Même les parents pourraient être confrontés à des conséquences juridiques s’ils permettaient à leurs enfants adultes de dormir avec leur partenaire dans la même pièce sans être mariés. En 1968, l’hebdomadaire Der Spiegel rapportait : « Le tribunal de district de Passau a condamné un maçon de 68 ans et sa femme de 63 ans à la prison pour lésions corporelles graves. Le couple a permis à leur fils de 42 ans de vivre dans leur maison avec son partenaire et leurs quatre enfants sans être uni par le mariage. Le mariage patriarcal était sacré. En 1966, un tribunal de Karlsruhe a statué : « Le mariage oblige la femme à avoir des rapports sexuels dans une volonté de sacrifice et lui interdit de montrer de l’indifférence ou de l’aversion.
À l’époque, la pornographie était interdite en République fédérale d’Allemagne, tout comme la vente et la publicité de produits contraceptifs (à l’exception des préservatifs). Les rapports sexuels entre hommes pouvaient être sanctionnés par des peines de prison même jusqu’en 1994 ; le dernier condamné n’a été libéré qu’en 2004. L’avortement a été complètement interdit et ceux qui l’ont pratiqué risquaient jusqu’à cinq ans de prison. Le paragraphe 218 s’applique encore aujourd’hui dans ce domaine, bien qu’il soit en réalité lettre morte. Elle a été réformée en 1974, mais n’a pas été supprimée.

Orgasmatron
Dans une telle atmosphère, en 1962, Beate Uhse a ouvert le premier sex-shop au monde dans la ville allemande de Flensburg. Rien qu’au cours des dix premières années, elle a été citée 25 fois à comparaître devant un juge et plus de 400 procédures pénales ont été engagées contre elle pour « complicité d’adultère ». Lorsque la pornographie a été légalisée, Beate Uhse était impliquée dans la production et la distribution de films pornographiques et a été excommuniée par les féministes allemandes. Cependant, elle était une ancienne pilote de la Wehrmacht, née en 1919, l’année où Hirschfeld a fondé l’Institut de recherche sur la sexualité ; elle n’était pas une missionnaire luttant pour la révolution sexuelle ou l’émancipation des femmes, mais seulement une femme d’affaires. Elle a dit d’elle-même : « Je ne suis pas Jésus, je suis un entrepreneur ».

L’histoire sexuelle de l’Allemagne aurait peut-être été différente si Sigmund Freud n’avait pas écrit en allemand, s’il avait formulé les termes dans lesquels il décrit sa théorie sexuelle dans une autre langue. Freud a redéfini la sexualité humaine à travers le prisme de la recherche du plaisir et pas seulement de la procréation. Il a fait valoir que toute la culture est née d’une sublimation de la pulsion sexuelle et que cette pulsion est la force fondamentale qui fait avancer notre civilisation. De plus, il était bien conscient de la révolution qui avait commencé. Il a écrit à Carl Gustav Jung : « S’il vous plaît, promettez-moi que vous n’abandonnerez jamais la théorie sexuelle. Nous devons en faire un dogme, un bastion défensif inébranlable contre le flot noir et boueux de l’occultisme ».

Le deuxième scientifique germanophone qui a joué un rôle décisif dans l’influence de la sexualité des Allemands d’aujourd’hui est Wilhelm Reich, un étudiant de Freud. Il a mené, entre autres, des recherches sur les tensions causées par l’insatisfaction du désir sexuel ; son principal objet d’étude dans ce domaine était la masturbation. Il a également participé à l’éducation sexuelle dans les milieux populaires. Elle considère la virginité comme une maladie et propose de la traiter par des contacts sexuels, y compris des contacts de groupe. C’était un personnage controversé, pour ne pas dire plus : il avait beaucoup de petites amies et de femmes et pratiquait l’avortement sur elles. Il semble que son premier partenaire soit mort à la suite d’un avortement mal pratiqué. Il en est venu à harceler ses patients, les forçant à avoir des relations sexuelles avec lui. À partir de 1935, il mène des recherches sur l’orgasme : des volontaires sont connectés à un oscillographe et écoutent des histoires érotiques, regardent des femmes nues, se masturbent en couple ou en groupe. L’un de ces volontaires était le futur Chancelier allemand Willy Brandt.

Reich est le créateur de la théorie ésotérique et pseudo-scientifique de l’Orgone, l’énergie cosmique et créative qui imprègne la nature. Il a ensuite construit l’accumulateur d’orgones pour capter l’énergie du cosmos et la transférer dans le corps humain. Cet instrument a ensuite été la source d’inspiration de l’Orgasmatron, dans lequel Barbarella, joué par Jane Fonda, atteint un orgasme cosmique dans un film, pour l’époque, révolutionnaire.
Le Reich est mort dévasté par sa paranoïa et catalogué comme charlatan dans une prison de Pennsylvanie en 1957. Dix ans plus tard, avec les philosophes Herbert Marcuse et Theodor Adorno, il devient l’un des gourous de la révolte étudiante. Peut-être principalement en raison de sa conviction que l’oppression sexuelle est un élément intrinsèque du capitalisme et que la sexualité réprimée est la racine de tout mal, y compris le fascisme et le nazisme. En 1968, les étudiants allemands rebelles disaient : « Lisez le Reich et agissez ! Ils ont lu son œuvre et ont proclamé que la famille patriarcale est incapable de satisfaire les besoins sexuels, elle est donc la racine de tout mal et doit disparaître.

Une médecine pour le fascisme
En 1967, la Kommune I a été créée à Berlin-Ouest. Ce devait être le contraire de la famille bourgeoise. Ses membres ont promu l’amour libre. Ils vivaient ensemble et faisaient l’amour sur des matelas posés sur le sol. Ils ont enlevé la porte de la salle de bain. Suivant la pensée du Reich, ils croyaient qu’une sexualité véritablement libre pouvait prévenir à la fois le fascisme et les névroses. L’une des devises de cette révolution était : « Celui qui couche deux fois avec elle appartient à l’establishment ». Dans ce slogan, le complément indirect « avec la même chose » vient à l’esprit. C’était en fait une révolte des hommes hétérosexuels. La révolution sexuelle des femmes n’est venue que plus tard et l’émancipation des personnes LGBT+ en a été le dernier acte.

Au moins aussi célèbre que la Kommune I était le sous-sol du siège du SDS (Ligue des étudiants socialistes allemands) à Francfort-sur-le-Main. Au premier étage se tenaient les réunions des révolutionnaires et, une fois celles-ci terminées, les militants descendaient au sous-sol et se laissaient aller à des orgies sexuelles.

En Allemagne de l’Est, la situation était différente de celle de l’Allemagne de l’Ouest. L’avortement et les contraceptifs sont accessibles et gratuits, les relations sexuelles hors mariage sont légales ainsi que les relations homosexuelles. Et depuis les années 1970, alors que la révolution sexuelle faisait rage en Allemagne de l’Ouest, « les Allemands de la République démocratique allemande y avaient accès, on ne pouvait qu’en rêver », a rappelé le professeur Lew-Starowicz à l’hebdomadaire « Wprost » en 2000. « Comme le mur de Berlin ne pouvait pas s’élever dans l’éther, il était possible de regarder des émissions de télévision ouest-allemandes avec des jeunes femmes nues, ou d’écouter des émissions d’amour libres plutôt choquantes, du moins pour l’époque. Nous savions, et certains d’entre nous l’ont su en le voyant de nos propres yeux, que les habitants de l’Allemagne de l’Est étaient désinhibés. Pour eux, le sexe n’était pas un tabou.

Il semble qu’en Allemagne, il existe une croyance répandue selon laquelle les habitants de l’ancienne Allemagne de l’Est avaient une vie sexuelle plus satisfaisante. Le sexologue Kurt Starke se met en colère à chaque fois qu’il entend cela. « En 1988, avec mon collègue Ulrich Clement, nous avons comparé le comportement sexuel des étudiants en Allemagne de l’Ouest et de l’Est », a-t-il déclaré à l’hebdomadaire « Der Spiegel ». « Nous avons constaté que les étudiantes de la République démocratique allemande jouissent plus souvent que les filles de la République fédérale. En 1990, le journal Bild retrouve cette étude et annonce en première page que les femmes de RDA ont plus souvent des orgasmes ! Cela a donné naissance à un stéréotype encore très répandu, selon lequel les Allemands de l’Est sont meilleurs au lit. Mais l’écart statistique entre les étudiantes était minime ».

En tout cas, c’est certainement l’Allemagne de l’Est qui a introduit le FKK (Freikörperkultur), c’est-à-dire le naturisme comme mode de vie intégral. En Allemagne de l’Est, en 1982, il y avait déjà 40 plages de baignade pour nudistes, et en 1988, elles étaient passées à 60. Il y avait aussi des campements nudistes spéciaux avec des terrains de volley-ball et des aires de jeux pour enfants. Le FKK a une longue tradition en Allemagne. Le premier club nudiste a été fondé en 1898 dans la région de la Ruhr.

À Tiergarten, le grand parc du centre de Berlin, juste à côté de la colonne de la Victoire (celle qui est surmontée de l’ange d’or), il y a une prairie où les nudistes exposent leur corps nu au soleil tout l’été ; elle se trouve à environ un kilomètre du palais Bellevue, la résidence officielle du président allemand, à deux kilomètres du Reichstag et du bureau du chancelier. Une fois, il y a eu une violente averse. Un jeune homme vêtu d’une robe adamitique a couru se réfugier sous un portique, avec un groupe d’autres personnes. Il a pris sans hâte une serviette et quelques vêtements dans son sac à dos, s’est séché et s’est habillé. Personne n’a remarqué. Une scène berlinoise normale. À Berlin même, il y a une douzaine de lacs avec des plages sauvages et surveillées, où les baigneurs en maillot de bain se mêlent à ceux qui sont complètement nus, hommes et femmes, jeunes et vieux. En fait, les plages nudistes classiques n’existent plus : si quelqu’un veut se mettre complètement nu, il n’a qu’à le faire.

On pourrait même avancer la thèse que, dans une certaine mesure, les Allemands doivent le naturisme à Martin Luther. Après tout, les fondateurs du mouvement FKK étaient pour la plupart des protestants.
(Copyright Gazeta Wyborcza/Lena-Leading European Newspaper Alliance. Traduction par Dario Prola)

* En Allemagne, l’avortement est autorisé dans les trois premiers mois de la grossesse. Après cette période, elle est autorisée si la grossesse met en danger la santé mentale et physique de la femme ou si le fœtus est potentiellement blessé.

Mais si vous faites de la publicité pour l’avortement ou si vous avez recours à cette pratique sans vous rendre au centre de conseil, vous êtes dans le pétrin. Il y a un grand débat passionné sur la question.

Les dernières actus

Dave Franco La vie et le revenu du bel acteur

Dave Franco, le frère plus jeune de l'artiste James Franco, a été au centre de l'attention après ses rôles dans «Scours», «21 Jump Street»,...

Quand sortira la saison 11 de The Walking Dead ? Résumé des dernières nouvelles

C'est le 9 septembre 2020 que le diffuseur américain AMC a annoncé que The Walking Dead 11 serait la dernière saison de la série...

Critics Choice Awards : toutes les nominations pour les séries et mini-séries télévisées

Les nominations pour la 26e édition du prix annuel du choix des critiques, qui récompense les émissions de télévision, les séries télévisées, les mini-séries...

Les Eternels, les protagonistes montrent leurs costumes dans le nouveau promo-art

La machine a redémarré : après une longue attente, le Marvel Cinematic Universe est enfin prêt à redémarrer et à laisser derrière lui une...

Gilmore Girls : les questions sans réponse après la fin de la série

La reprise de A Gilmore : Together Again de Netflix en 2016 nous a laissé quelques questions sur les habitants de Stars Hollow et...

Combien d’argent a gagné Matt Groening ? Le cachet du créateur des Simpsons

Actuellement dans la saison 32, la série animée Les Simpson est à l'antenne depuis 1989 et détient le record de la plus longue série...

Pour continuer

George Blake, le Britannique 007 qui a espionné pour Moscou, meurt à 98 ans

LONDRES - "Pour trahir, il faut appartenir et je n'ai jamais eu le sentiment d'appartenir à...

L’incendie d’une résidence à Detroit provoque la mort de deux enfants le jour de Noël

Detroit - Une mère a échappé à un incendie le matin de Noël après avoir sauté d'une fenêtre du deuxième étage avec un fils...

États-Unis, explosion dans le centre-ville de Nashville : « Acte intentionnel ». Médias locaux : des restes humains retrouvés

La ville de Nashville, dans le Tennessee, le cœur rural des États-Unis, a été réveillée à...

Un enregistrement avertissait qu’une bombe allait exploser dans le centre-ville de Nashville

Washington - L'explosion qui a secoué la ville américaine de Nashville vendredi dernier provenait d'un véhicule dont l'enregistrement indiquait qu'"une bombe allait exploser dans...

Coronavirus dans le monde, des États-Unis resserré sur les vols vers le Royaume-Uni : prélèvement négatif requis pour voyager

Les États-Unis exigeront un test Covid-19 négatif, dans les 72 heures suivant le départ, pour tous...

Los Angeles demande d’éviter les services religieux en salle pour Noël

Los Angeles - Le département de la santé du comté de Los Angeles a exhorté jeudi les habitants à éviter d'assister aux services religieux...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici